Nakamoto attaque, Pedrosa tempère !



Dani Pedrosa vient de rejeter les critiques que Shuhei Nakamoto, le vice-président du HRC, a émises à son encontre dans une interview récente et qui laissaient entendre que le pilote espagnol n’était certainement pas totalement étranger à l’anéantissement de ses chances d’être sacré en 2011.

Pedrosa, qui s’était fracturé la clavicule droite au Grand Prix de France dans un incident l’opposant à Marco Simoncelli, n’a eu de cesse de rejeter la responsabilité de sa chute sur les épaules du jeune Italien.

Nakamoto, qui jusque-là, était resté discret sur le partage de responsabilité entre ses deux pilotes, estime maintenant que l’espagnol n’aurait pas dû engager la bataille avec Simoncelli après avoir été dépassé par l’italien, qui, toujours selon lui, était manifestement plus rapide que lui à ce moment-là de la course. Il ajoutait qu’un pilote se battant pour le championnat ne doit pas commettre de telles erreurs de jugement.

Interloqué par ces propos, Pedrosa s’est empressé de calmer le jeu en précisant à MCN : « Nakamoto ne m’a rien dit de tel, mais mon opinion concernant ce qui s’est passé ne changera pas. »

En parcourant la presse, nous nous sommes arrêtés un instant sur l’interprétation que notre collègue portugais, Bruno Gomes, en donnait. Selon lui, il pourrait s’agir d’une tactique du patron du HRC pour écarter, en 2013 (quand le contrat de Pedrosa arrivera à échéance), le pilote espagnol et intégrer Marco Simoncelli dans la structure japonaise.

Si cette analyse est plausible, certains éléments font que ce n’est certainement pas la seule possible.

Le premier élément qui saute aux yeux dans cette histoire, et il va plutôt dans le sens de l’analyse produite par Bruno Gomes, c’est la tardiveté des déclarations de Nakamoto.

En effet, cet incident s’est produit le 15 mai et jusque-là, le Japonais s’était bien gardé de donner un réel avis sur le partage de responsabilité entre Pedrosa et Simoncelli. Alors pourquoi maintenant ?

Plusieurs facteurs peuvent facilement en donner la raison mais c’est certainement une conjonction de tous ces éléments qui constitue la cause de ce décalage.

Dans cet article

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de