Puig : « le respect que j’avais pour Kevin Schwantz a complètement disparu »



Dire qu’Alberto Puig n’ait pas apprécié les déclarations de Kevin Schwantz (lire ici) à son égard ainsi qu’à celui de son pilote, Dani Pedrosa, est un bien faible mot.

En effet, durant le weekend, le manager espagnol s’est fendu d’une lettre ouverte à l’attention de l’ancien Champion du Monde, relayée dans plusieurs médias et notamment par « El Mundo ».

Puig s’est efforcé de répondre en utilisant des chiffres vérifiables, notamment en ce qui concerne la critique selon laquelle Pedrosa n’aurait rien gagné en huit saisons passées chez Honda.

« Pour commencer, il faut garder à l’esprit que Dani a, jusqu’ici, gagné trois titres mondiaux (un en 125cc et deux en 250cc) pour un par Kevin Schwantz en 500cc. Il ne fait aucun doute, parce que j’ai été moi-même pilote en 500cc, que le titre en 500cc est beaucoup plus important, c’est vrai, mais ça n’enlève en rien le mérite de Dani d’avoir obtenu ces trois titres.

Pedrosa a un total de 45 victoires en Grand Prix, tandis que le Texan en a 25. Sur ces 45 victoires, Dani en a remporté 22 en catégorie reine. Il faut ajouter également que Pedrosa est crédité de 113 podiums – 72 en MotoGP pour 51 à Schwantz et de 55 tours les plus rapides – 35 en MotoGP pour 26 à Schwantz. Dès lors dire de Pedrosa qu’il n’a rien gagné en huit ans c’est typique de quelqu’un qui ne sait pas ce qu’il dit et surtout, qui est très irrespectueux ».

Le texan avait également déclaré que Pedrosa devait franchir un palier seul et qu’à cette fin, il ne manquait de rien mais qu’en revanche, il avait peut-être quelque chose en trop comme par exemple son manager.

Ici aussi, la réponse est cinglante. « Depuis que j’ai quitté la compétition, j’ai travaillé dur pour promouvoir les pilotes, essentiellement avec Pedrosa, mais j’ai aussi aidé et orienté à certains moments de leur carrière des pilotes comme Casey Stoner, Toni Elias, Alvaro Bautista, Marc Marquez et Julian Simon. Et chacun d’entre eux ont été champions du monde. Vous, monsieur Schwantz, vous avez une école de pilotage au Texas depuis des années, et vous aidez des enfants au niveau de la compétition mais à ce jour, pas un seul de ces pilotes n’a réussi, pas un seul n’a pu venir courir en Europe. Dans ce domaine, zéro succès … »

Et puis, en passant certains détails, nous arrivons à la fin de cette lettre (que vous pouvez lire dans son intégralité ici) où Alberto Puig affirme toute sa désolation face aux propos de Kevin Schwantz. « En 1994, j’ai eu l’honneur de partager un podium avec vous et Michael Doohan […] A quelques tours de l’arrivée, Doohan s’est échappé et je me suis battu avec vous pour la seconde place. […] dans un des derniers tours, vous m’avez passez en puissance sur un freinage et à ce moment j’ai réalisé que vous alliez partir seul et que je ne pourrais pas vous suivre. Je vous maudissais dans mon casque, mais en même temps j’ai pensé « nom de Dieu, qu’il est bon, comment peut-il freiner aussi tard ».

A la fin, sur le podium, quand nous nous sommes félicités, j’ai senti un grand respect et de l’admiration pour vous, pour un homme qui venait de m’apprendre comment freiner à la limite avec une moto de course […]

Je me sens malheureusement obligé de dire qu’après avoir vos déclarations, qui manquent de respect à l’égard d’un grand champion comme Pedrosa et de tous les autres pilotes qui ont obtenu des titres dans les catégories intermédiaires, le respect qui est né dans le froid d’Hockenheim ’94 a complètement disparu ».

Nous ne savons pas si Kevin Schwantz a prévu de se rendre à Jerez pour le prochain Grand Prix, mais si c’est le cas, l’accueil risque d’être chaleureux !

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Twitter 

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Dans cet article

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de