Johann Zarco : « bagarrer avec le groupe de tête, c’est l’objectif »



Johann Zarco, qui a mal commencé sa saison en Moto2, arrive au Mans où il roulera à domicile et il compte bien profiter de l’occasion pour remettre les pendules à l’heure.

En enchaînant quelques chutes, le pilote Came Ioda Racing perdu la confiance et donc la bataille, c’est avant tout avec lui-même qu’il va devoir la mener.

Toutefois, comme nous le rappelait Laurent Fellon, ces hauts et ces bas font partie de l’apprentissage et comme lui, nous espérons que Johann Zarco en sortira grandi.    

GPi : Johann, tu as connu un début de saison relativement compliqué. Néanmoins à Jerez tu pars de loin sur la grille et tu termines treizième. C’est un coup de fouet ?

Pas particulièrement, c’était surtout finir la course et marquer des points, donc je ne prends pas cette course là comme un coup de fouet mais la globalité du week-end comme une leçon à apprendre et une manière de pouvoir faire « reset » pour bien recommencer au Mans et toujours en pensant que si je chope le rythme au Mans, ensuite je peux le garder toute la saison. C’est plus dans cette optique-là. L’exemple du coup de fouet c’était surtout le warm-up où on est passé de la trentième place le samedi après-midi à la cinquième et avec le sourire ! C’est là qu’il fallait bien comprendre ça pour le réappliquer ici au Mans.

GPi : Tu commences la saison avec des tests correctes avant une première manche au Qatar assez difficile, tout comme à Jerez. C’est juste une mauvaise série qu’il faut savoir surmonter pour repartir sur de bonnes bases ?

Complétement oui, on a fait des tests après Jerez et ça a permis de me libérer l’esprit, de me dire qu’il fallait se concentrer sur le pilotage et c’est pour ça que je suis impatient d’arriver en piste et de faire comme si j’étais a un simple entrainement.

GPi : La différence entre la MotoBi et la Suter elle est grande ?
J’avais bien senti une différence lors des premiers tests en Novembre et je dirais que tout était mieux parce que j’avais roulé plus vite sans difficulté, je m’étais bien senti sur la moto mais ensuite lors de la reprise en février, sur la Suter, j’ai été confronté à des chutes qui m’ont fait perdre confiance et c’est sans doute à partir de là qu’on a commencé à changer des choses sur la moto, et qu’on a perdu du temps sur la concurrence.

GPi : Quel est l’objectif au Mans ce week-end ?
Je n’attends pas l’exploit mais être au moins cinquième, pour que ça puisse me permettre d’être quatrième au grand-prix suivant, puis sur les podiums pour le reste de la saison. Faire une place très correcte et bagarrer avec le bon groupe de tête, c’est ça l’objectif.

Stay Tuned !

Rejoignez-nous sur Twitter

Dans cet article

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de