Suzuki : des ‘wild card’ sont possibles en 2014!



Hier, si on se réjouissait du comeback plutôt réussi de Suzuki en MotoGP, en revanche, on déplorait que la maison d’Hamamatsu ait renoncé à reprendre le chemin des Grand Prix en 2014.

Si on soupçonnait le fait que cette décision ait été motivée, en partie du moins, par la décision de la Commission Grand Prix de ne pas subventionner les nouveaux arrivants en 2014 (lire ici), il semblerait toutefois qu’elle ait avant tout été motivée par une volonté de développer davantage la XRH1 (nom de code donné à celle appelée à succéder à la GSV-R). C’est en tout cas ce qu’a expliqué Satoru Terada, le responsable du projet MotoGP pour Suzuki, à nos confrères de GPOne.

« Le plan initial était de revenir en 2014, mais ensuite, nous avons réalisé que nous avions besoin de plus de temps pour développer ce prototype et nous sommes arrivés à la décision de reporter notre arrivée d’un an ».

Et cette décision semble ferme et définitive puisque le Japonais a exclu que le fait de devoir payer les pneus Bridgestone puisse constituer une raison pour revenir en arrière : « Absolument pas, en aucun cas, on ne fera plus marche arrière. Ce n’est pas encore certain que la dépense en pneus seront supportées l’équipe, c’est toujours en train de se décider ».

Si on ne risque pas de voir régulièrement la belle bleue sur les pistes en 2014, en revanche, d’après Terada, des wild card ne sont pas exclues.

« Nous révisons nos programmes ces jours-ci, nous n’avons pas encore décidé si nous allions effectuer des ‘wild card’ mais c’est une possibilité ».

Si cette décision est compréhensible, elle a toutefois surpris Davide Brivio, celui que Suzuki a choisi pour présider à sa destinée lors des tests qui seront menés en 2013.

« J’ai été un peu surpris, je pensais que Suzuki déciderait de revenir en 2014 ou de ne pas revenir du tout, on n’avait jamais parlé de 2015. Mais c’est une nouvelle positive car elle officialise le retour ». L’Italien ajoutait sur motogp.com « Il y aura bientôt d’importants changements dans le règlement, au niveau de l’électronique et du carburant. Revenir en MotoGP pour se battre avec les deux constructeurs qui dominent actuellement le plateau n’est pas facile. Nous voulons être bien préparés et pour ça, il nous faudra une autre année afin de développer la moto et de prendre plusieurs décisions sur le plan technique ».

Nous allons utiliser cette situation comme une opportunité pour développer du mieux possible notre moto. Pour cette année, on a prévu un test à Misano, après le Grand Prix, du lundi au mercredi et un autre la semaine suivante, au Mugello, avec Ducati. Pour 2014, nous n’avons encore que des idées, je pense que ce sera important de mener des tests sur différentes pistes en cherchant la comparaison avec nos adversaires, afin de comprendre notre niveau. Il faut du courage pour défier Honda et Yamaha ».

Du côté des pilotes, c’est Aoki et Randy de Puniet qui mènent les tests et visiblement, chez Suzuki, on est plutôt satisfait du travail du Français qui, hier, a marqué des points. Toutefois, rien ne semble déterminé au-delà de 2013.

« Pour l’instant, le contrat ne porte que sur 2013, mais les ingénieurs sont très heureux de lui, il donne des informations très précises ».

Mais alors, qui pourrait rouler en 2015 ? « Nous aurons certainement deux pilotes, mais ce sera difficile d’arracher un grand nom de chez Honda et Yamaha, les motos sont plus compétitives. La première année, nous essayerons de créer un intérêt pour les pilotes vis à vis de nos motos ».

Un grand nom ? Qui sera libre en 2015 ? Pedrosa, Lorenzo, Marquez…mais aussi Valentino Rossi et ça, ça tombe plutôt bien puisque Davide Brivio, l’actuel team manager de Suzuki, est aussi le patron de sa société ‘VR46’, mais il est également celui qui, fin 2003, avait déjà été le débaucher chez Honda pour l’amener chez Yamaha où il était team manager.

Il y a quelques semaines, l’Italien avait déclaré qu’il aimerait rouler jusqu’à 40 ans, or, chez Yamaha MotoGP, il y a peu de chance qu’il soit reconduit au-delà de 2015 puisqu’on parle avec insistance de l’arrivée de Pol Espargaro dans l’usine factory.

Et puis hier, c’est Rossi qui déclarait : « je ne sais pas si je peux le dire, mais la moto me plaît beaucoup et la couleur aussi. De Puniet a vraiment été très fort dessus. C’est dommage que nous ne la verrons pas en piste avant 2015 ».

Avec Rossi, qui aurait alors 36 ans, Suzuki ne ferait peut-être pas la meilleure opération sportive mais quoi qu’il en soit, médiatiquement et commercialement, ce serait probablement la meilleure manière de revenir dans le bain et créer de l’émulation autour de ce retour.

Bien entendu, n’allez pas croire qu’on imagine déjà Rossi sur la Suzuki, il s’agit juste d’un scénario parmi tant d’autres.

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Dans cet article

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires