Le clin d’oeil : Quand Kenny Roberts donnait des leçons à Rainey et à Carter



L’histoire est drôle à souhait et met non seulement en lumière le champion et l’homme qu’était Kenny Roberts mais également l’esprit qui régnait à l’époque dans un Paddock où les pilotes n’étaient pas des divas capricieuses.

Nous sommes en 1984, à la veille du Grand Prix de France qui se roulait alors au Castellet.

Wayne Rayney et Alan Carter sont les pilotes de Kenny Roberts, en 250 et visiblement, la Yamaha ne fonctionnait pas comme ils l’entendaient. La suite, c’est Alan Carter qui vous la raconte.

« La 250 Yamaha ne fonctionnait pas, alors Rayney et moi, nous avons appelé notre patron, Kenny Roberts, qui a débarqué des USA au GP de France, en jet…

Il avait cessé de courir depuis deux ans.

Il nous a écouté, a réclamé un casque et une combinaison et a pris la piste du Castellet.

Il a fait cinq tours, puis est revenu, est descendu de la moto et s’est changé. Il nous avait mis une seconde au tour !

La réunion technique dura 20 secondes. Il nous dit : « Je suis sûr de deux choses :

1. Vous êtes deux têtes de bite.

2. Grimpez sur la moto et mettez du gaz.

Si vous n’avez pas de questions, je retourne en Californie… »

Cette excellente histoire, dont la véracité nous a été confirmée par Didier de Radiguès, a récemment été publiée sur Facebook par la page Quelli della MotoGP et relayée par le toujours très actif Grégory Berva. Merci Grégory de m‘avoir fait pleurer de rire ce matin !

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook 

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires