Crutchlow, Redding et Rossi dans les petits papiers de Suzuki…



Suzuki devait initialement revenir en 2014 mais pour des raisons de développement, du moins officiellement, le constructeur japonais a décidé d’offrir une saison supplémentaire de tests à son prototype.

Evidemment, en postposant son retour, Hamamatsu semble s’être fermé certaines portes et notamment, celle de Cal Crutchlow. C’est en tout cas ce qu’a déclaré Davide Brivio, le Team Manager de Suzuki, à MCN.

« Cal était très intéressant pour nous et nous avons été en contact avec lui. Nous ne sommes jamais vraiment entrés dans les détails parce que nous voulions attendre une décision pour 2014, mais il y avait un contact avec son management. Randy (de Puniet) aurait été intéressant parce qu’il fait un très bon travail pour notre développement. Nous avons eu des contacts avec tous les pilotes disponibles pour 2014. Mais je dirais que Cal était très intéressant ».

Toutefois, le marché très étroit de 2014 pourrait malgré tout jouer en leur faveur car quelles sont les options disponibles pour le Britannique ?

Avec Bautista qui a prolongé avec Gresini et le HRC qui a levé l’option de Bradl, il ne devrait lui rester que deux choix : signer chez Tech3 ou s’engager avec Ducati.

On sait que Crutchlow veut une moto d’usine mais patienter une saison supplémentaire chez Tech3, sur une M1 compétitive (même si un peu moins que celles de Rossi et Lorenzo), est peut-être moins risqué que de signer avec Borgo Panigale. En effet, la Suzuki, lors des derniers tests, semblait ne pas être beaucoup moins compétitive que la Desmosedici et à l’heure actuelle, les italiens semblent ne pas voir le bout du tunnel.

Mais en décidant de ne revenir qu’en 2015, le constructeur nippon est aussi probablement passé  à côté du jeune espoir sur qui il gardait un œil attentif : Scott Redding.

« Scott roule très bien aujourd’hui et sa vitesse, sa régularité et son style de pilotage signifie qu’il est un des jeunes pilotes intéressants. Je pense qu’il aimerait rouler en MotoGP l’an prochain et il sera probablement trop tard pour nous. Nous avons une feuille vierge pour 2015 et il y a beaucoup d’options mais c’est évident que vous ne pouvez ignorer Scott Redding ».

Pourtant, vu le peu de selles disponibles, ici aussi, tout n’est peut-être pas perdu car aujourd’hui, rien ne dit que Redding acceptera de rejoindre la Ducati qui lui semble promise. Il pourrait également faire le grand saut sur une Kalex Yamaha, dans une structure gérée par VDS (scénario également envisagé par Michael Bartholemy, lire ici) et être libre pour 2015.

Mais en 2015, celui qui pourrait être libre et qui, comme nous vous l’écrivions il y a peu (lire ici), compte bien être encore en MotoGP, c’est Valentino Rossi.

Jusqu’à sa victoire à Assen, la tendance chez Yamaha était de privilégier l’éclosion des jeunes en offrant un contrat à Pol Espargaro. Reste donc à savoir si Rossi sera toujours aussi sexy pour Iwata dans 12 mois.

Si ce n’est pas le cas et que les sirènes d’Hamamatsu sont assez fortes, le scénario Suzuki n’est peut-être pas à ranger aux oubliettes. Et ce, d’autant plus que le team manager de Suzuki, Davide Brivio, avait déjà été responsable de son arrivée chez Yamaha et qu’en plus de ça, il était également président de VR46, la société de Valentino Rossi.       

« Nous devons nous pencher sur la meilleure option possible et Valentino est une de celle-là, alors pourquoi pas? Nous devons essayer avec tout le monde. Nous avons vu et je suis fier de dire que lorsque j’étais chez Yamaha, nous avons attiré Valentino et il a changé l’histoire de Yamaha. Nous avons montré clairement combien le pilote était important et c’est devenu évident au cours des 10 dernières années. Si nous avons de bons pilotes, nous pourrons montrer notre potentiel ».

Enfin, il y a également une piste à ne pas négliger et celle-là mène à Dani Pedrosa. Si l’Espagnol ne parvient pas à remporter un titre avant 2015, il est possible que le HRC ne cherche pas à le retenir. Il constituerait alors un morceau de choix pour une équipe comme Suzuki.

On le voit, les possibilités ne manquent pas pour Suzuki mais aucune d’elles ne risquent d’aboutir facilement.

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de