Ducati, unique porte de sortie pour Cal Crutchlow ?



Cal Crutchlow a énormément fait parler de lui cette saison, que ce soit en dehors de la piste grâce à son incroyable sens de la communication, ou sur le circuit où, auteur de trois podiums et d’une pole position, le Britannique n’a plus grand-chose à envier aux pilotes factory.

Pourtant, à l’heure actuelle, il se retrouve devant l’incompréhensible situation de n’avoir que très peu de marge de manœuvre quant à son futur.

En effet, il est le seul pilote de pointe à ne disposer que d’un contrat d’un an et la porte semble presque définitivement fermée chez Yamaha.

« En fin de compte, ce que Yamaha peut m’offrir, à l’heure actuelle, ne correspond  pas à ce que je cherchais. Je pense que je mérite plus. J’ai dit à Yamaha que je voulais rester et que je voulais un contrat de deux ans.

La première année, je resterais chez Tech 3 et la seconde, dans l’équipe d’usine, mais ils ne peuvent pas me le garantir. Lin Jarvis m’a dit que si Jorge et Valentino voulaient rester, il n’y aurait pas de place pour moi chez Yamaha, en 2015. Ils m’ont proposé un contrat d’un an mais s’ils peuvent garder Jorge et Valentino en 2015, ils le feront et il n’y aura pas de place pour moi ».

Mais ce qui paraît étrange dans ce discours de Jarvis, c’est que comme Crutchlow l’a rappelé à MCN, Yamaha aurait d’ores et déjà signé Pol Espargaro avec, comme convenu, la volonté de le propulser dans l’écurie d’usine en 2015.

« Quand ils me disent de ne pas changer d’écurie, les gens oublient que Yamaha a déjà deux pilotes chez Tech 3 l’année prochaine. Ils ont un contrat avec Bradley Smith et ils ont signé Pol Espargaro »

Alors, comment déceler le vrai du faux dans toute cette histoire car dans cette équation à quatre pilotes pour deux places, il y en deux de trop.

Il faut dire qu’à Iwata, on est coutumier du fait et on se rappellera, à ce sujet, le petit jeu malsain que la marque aux diapasons avait déjà joué, la saison dernière, avec Andrea Dovizioso. Oui, non, peut-être et c’est finalement Valentino Rossi qui était sorti du chapeau bleu.

La situation est donc la suivante. Lin Jarvis est soi-disant prêt à donner un contrat ‘factory’ à Crutchlow, à la condition que soit Lorenzo, soit Rossi, décide d’aller voir ailleurs ! Mais dans ce cas, que fait-on d’Espargaro, qu’on annonce dans la structure d’usine ?

Pire encore, si on offre un contrat à Crutchlow et à Espargaro, en 2014, que fait-on de Bradley Smith qui, de son côté, bénéficie d’un contrat courant jusqu’à la fin de la saison prochaine ?

On l’expédie sur une Kalex-Yamaha ? On rompt le contrat ?

Le résultat de ces négociations où le management du constructeur nippon semble faire des promesses qu’il ne pourra pas tenir, c’est que Cal Crutchlow a repris les négociations avec Ducati où là aussi, le flou artistique règne en maître.

Dovizioso est confirmé, Hayden veut partir mais il est attractif pour le marché américain, Iannone, grâce en partie à son passeport, a déjà remporté la guerre des rookies chez Pramac, au détriment d’un Scott Redding pourtant plus rapide lors des tests de l’été dernier et pourrait bien remporter la bagarre de la seconde selle dans l’écurie d’usine.

En effet, si chez Repsol Honda, on voulait éviter une paire espagnole, chez Ducati, il ne fait aucun doute qu’on rêve d’une paire italienne, même si, avouons-le, la bagarre est loin d’être gagnée avec l’arrivée d’Audi.

Et puis il reste Ben Spies, dont on ne sait pas s’il reviendra à son meilleur niveau mais qui, quoi qu’il arrive, a en main un contrat de deux ans.  

A ce capharnaüm, il faut encore ajouter Scott Redding, même si du côté du Britannique et de son manager, on semble plutôt enclin à opter pour Gresini et la Production Racer de chez Honda, avec, dans le coin de la tête, l’espoir de récupérer la RC213V de Bautista, en 2015.         

La situation chez les rouges ne manque donc pas non plus de piment mais une fois encore, pour Cal Crutchlow, elle est loin d’être idéale. « Nous parlons avec Ducati, mais rien de plus que des discussions générales. Ils n’ont pas confirmé ce qui se passera pour la saison prochaine, si ce n’est Andrea Dovizioso qui a un contrat de deux ans et au final, il n’y aura peut-être pas de place pour moi, chez Ducati, l’an prochain.

Personne n’a confirmé qu’il quittait. Mais je suis intéressé de rouler pour une usine qui sera derrière moi à 100%. Pour le moment, les choses sont difficiles pour Andrea et Nicky, mais ça ne signifie pas qu’elles ne s’amélioreront pas et qu’elles ne changeront pas dans le futur. C’est clair que nous allons parler avec tout le monde. Puisque Yamaha m’a dit qu’il n’y aurait pas de place pour moi en 2015, je suis en droit de parler avec d’autres personnes ».

On se trouve donc face à une situation complètement surréaliste, où tout le monde semble faire la fine bouche face à celui qui, depuis le début de la saison, n’est plus seulement le ‘best of the rest’, comme il avait coutume de le dire, mais qui est entré dans le gratin mondial aux côtés de Rossi, Marquez, Lorenzo et Pedrosa.

Si seulement Suzuki avait pu revenir en 2014…

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Twitter 

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Dans cet article

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de