Cal Crutchlow : « j’ai serré les dents »



Samedi matin, chiffonné après ses deux chutes de la veille, Cal Crutchlow ne savait même pas s’il pourrait prendre part aux séances de la journée.

Pourtant, 48 heures après, c’est sur le podium que le Britannique concluait un week-end au cours duquel, il aura une nouvelle fois prouvé toute sa force de caractère.

Il aura lutté jusqu’au bout pour tenter de venir à bout de Marc Marquez et même s’il a échoué, sa seconde position reste un formidable résultat puisqu’au passage, en terminant devant Valentino Rossi, il envoyait une fois de plus un signal fort à Yamaha.

« Je suis vraiment heureux d’être sur le podium car vu ma condition physique, c’était une course difficile. Les deux chutes de vendredi ont été douloureuses, mais j’ai serré les dents et c’est formidable de monter une nouvelle fois sur le podium avec Tech3. En fait, j’ai pris un très bon départ mais j’ai dû couper l’accélérateur quand Marc est venu vers moi et ça m’a coûté quelques places. La moto a très bien fonctionné lors des premiers tours et j’ai réussi à me frayer un passage. C’était très amusant. Lors de la seconde moitié de la course, je me sentais bien sur la moto et j’étais rapide. Je suis revenu sur Valentino et je m’en suis détaché. Après, j’ai fait absolument tout ce que je pouvais pour revenir sur Marc. Je n’aurais pas pu faire autre chose et c’est à lui que revient tout le crédit car il n’a pas commis une seule erreur, il a contrôlé l’écart et a mérité de gagner. J’ai juste continué à pousser et la seconde place est un résultat fantastique. C’est mon quatrième podium et je ne suis pas si loin au championnat, donc je ne peux pas vraiment en demander plus. Nous allons maintenant à Laguna et je vais essayer de me battre pour un autre podium et je l’espère, pour cette première victoire ».

Après 8 Grands Prix, il compte 8 podiums, soit un de plus que Dovizioso la saison passée à pareille époque. Quand on voit qu’aujourd’hui, l’Italien a dû batailler jusqu’au dernier virage avec Aleix Espargaro pour le gain de la septième place, on est en droit de se poser la question de savoir ce que Crutchlow aurait à gagner en signant avec Borgo Panigale, si ce n’est de l’argent, bien entendu ! D’un autre côté, c’est vrai qu’avec l’implication de l’usine, les choses pourraient changer mais à son âge (28 ans), n’est ce pas prendre un (trop) grand risque?

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Dans cet article

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de