Sachsenring : une Kalex tueuse de pneus?



Que ce soit Espargaro, Redding, Simeon ou Kallio, tous, en fin de course, se sont plaints d’une usure excessive des pneumatiques.

Ce phénomène semble avoir été limité aux pilotes Kalex puisqu’en jetant un œil sur les pneus de Simone Corsi et de Jordi Torres, au parc fermé, on pouvait clairement voir qu’ils n’avaient pas été endommagés outre mesure.

On aurait pu penser que cette usure provenait du choix de gomme effectué par les pilotes pourtant, en y regardant de plus près, il semblerait que nous puissions écarter cette hypothèse.

En effet, Espargaro utilisait un soft à l’avant et un medium à l’arrière, Redding un soft à l’avant et un dur à l’arrière, Simeon, un medium à l’avant et à l’arrière et enfin Kallio, un soft à l’avant et un dur à l’arrière. Difficile donc d’incriminer le manufacturier.

On se rappelle que les Kalex avaient déjà rencontré un problème similaire sur le Circuit des Amériques, à Austin. C’est d’ailleurs l’autre Suter de chez Aspar, celle de Nico Terol, qui s’était imposée.

Pol Espargaro la saison dernière, avait déjà connu un problème identique et c’est d’ailleurs ce qu’il signalait à Dennis Noyes dans le commentaire accompagnant la photo de son pneu publiée sur twitter.

Le châssis Kalex offre plus de grip à l’arrière et c’est probablement là qu’il faut chercher un début d’explication.

A l’issue de la course Mika Kallio déclarait que lors des séances d’essais, il avait effectué 27 ou 28 tours avec le même pneu sans jamais rencontrer le moindre problème.  

Toutefois, la cadence de la course est sensiblement différente puisque les tours sont effectués l’un à la suite de l’autre et ne sont pas entrecoupés par des retours au stand entre deux runs.

Enfin, comme Scott Redding le signalait, le pneu a souffert du côté gauche et donc, on peut penser que l’enchaînement de six virages à gauche, juste avant le long droit, n’y est pas pour rien.

Les virages sont tellement rapprochés sur le tourniquet du Sachsenring, que le pneu n’a pas suffisamment de temps pour refroidir.

Du coup, exposée trop longtemps à une chaleur excessive, provoquée par le grip supplémentaire de la Kalex, la gomme aurait commencé à se détacher par morceau.

La conséquence de cette dégradation trop rapide du pneu arrière est que, chacun à leur niveau, ni Espargaro, ni Redding, ni Simeon, ni Kallio, n’ont non seulement pas pu maintenir la place qui était la leur à la fin du premier tour, mais ça, au final, c’est la course, mais surtout, n’ont même pas pu la défendre.

Espargaro n’a jamais su donner la réplique à Torres (Suter) et à Corsi (SpeedUp), Redding n’a rien pu faire face à Lüthi (Suter) et à de Angelis (SpeedUp), Simeon n’a pas pu contrer West (SpeedUp) et Kallio s’est effondré.

Finalement, il n’y a que du côté de Julian Simon qu’on n’a pas trop entendu de parler d’usure de pneu, ce qui, dans l’absolu, ne veut pas non plus dire qu’il n’en a pas été victime.

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Twitter 

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de