Les tests, les pilotes factory et les autres et Nakasuga



Quel drôle de titre nous direz-vous mais c’est en fait le résumé de la décision de la Commission Grand Prix adoptée lors d’une assemblée qui s’est tenue le 17 août à Indianapolis.

En ce qui concerne les tests, depuis 2012, la seule limite existante était l’allocation de pneus aux équipes. Ainsi, chaque équipe avait à sa disposition un maximum de 240 pneus par saison pour mener des tests.     

Toutefois, après les remous engendrés par les tests de Honda et Yamaha sur le circuit d’Austin, en mars de cette année, il était décidé d’en revenir au système classique selon lequel « chaque équipe peut désigner – et en informer la Direction de Course – 3 circuits de Grand Prix sur lesquels ils peuvent faire des essais (article 1.15.1.1 C, b du règlement FIM des Grands Prix de courses sur route)».

La décision de la Commission se veut donc encore un peu plus restrictive vis-à-vis des pilotes officiels puisque désormais, le règlement stipulera que : « Les constructeurs peuvent nommer un circuit où ils conduiront leurs essais avec leurs pilotes engagés en compétition pour un maximum de cinq journées durant la saison. Ces essais leur permettront de développer et d’essayer de nouvelles technologiques avec leurs pilotes dans un environnement de test privé ».

La seconde décision concerne la distinction entre les pilotes factory, pilotant des machines de type MSMA (chez le constructeur ou dans une écurie satellite), c’est-à-dire utilisant l’électronique du constructeur et 20 litres d’essence au lieu des 24 alloués aux autres machines.

Ainsi, par exemple, les pilotes des machines louées par Yamaha à Forward Racing et qui utiliseront l’ECU standard fourni par la Dorna, seront des pilotes non-factory alors que les autres, Rossi et Lorenzo, bien entendu, mais aussi Smith et Espargaro, chez Tech3, seront tous considérés comme des pilotes factory.

« En conséquence de l’accord des constructeurs de louer des machines supplémentaires, il était nécessaire d’amender l’article 1.11.10 concernant les inscriptions.

Les constructeurs peuvent inscrire deux pilotes « Factory » dans leur propre team et louer des machines de type « Factory » pour deux autres pilotes. Les constructeurs peuvent désormais louer davantage de machines, qui seront soumises à la règlementation « non-Factory » de la catégorie »

Enfin, la dernière décision concerne la wild-card pour le Grand Prix du Japon accordée à Katsuyuki Nakasuga, pilote d’essais Yamaha.

Ce sera un plaisir de revoir à l’œuvre celui qui, la saison dernière, avait offert un podium à la M1 de Ben Spies, blessé, à Valence.    

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Twitter

Photo : Lionel Nolette

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Dans cet article

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de