Xavier Simeon, à Silverstone, objectif top5



En République Tchèque, Xavier Simeon n’a pas vécu un week-end facile puisque qualifié en dix-neuvième position, en course, le Belge se faisait percuter à l’arrière par Marcel Schrötter, son propre équipier.

Malgré ces contretemps, le Belge terminait malgré tout en onzième position au bout d’un Grand Prix où il affichait une énorme détermination.

Décidé à tourner la page et à reprendre sa bagarre avec les hommes de tête, c’est désormais à Silverstone qu’il a posé ses bagages, sur un tracé qu’il apprécie et où il visera le top5   

GPi : revenons une minute sur le Grand Prix de Tchéquie. Une course convaincante, des sessions frustrantes ?

En free practice, mes positions n’étaient pas celles qu’on cherchait mais les chronos n’étaient pas mauvais. On était même à cinq dixièmes du meilleur temps le samedi après-midi. Je m’attendais donc à réaliser une bonne qualification mais à la place de ça, j’ai eu vraiment beaucoup de mal à descendre les chronos. C’était assez frustrant de me retrouver dix-neuvième.

GPi : la déception passée, vous avez repris le travail et dès le warm-up, tu t’es montré compétitif. Et puis, en course, si tu ne t’étais pas accroché avec Marcel Schrötter, tu aurais même probablement pu te bagarrer avec les hommes devant.

En effet, malgré ma dix-neuvième place sur la grille, j’étais très bien parti, en course, pour remonter dans le top10. Après un tour et demi, j’étais déjà onzième. Dans le groupe de tête j’y étais et c’est ce que je voulais avant la course. L’accrochage avec Marcel est décevant car en plus, il estime que c’est de ma faute parce que je lui aurais fermé la porte. Il me percute à l’arrière, comment aurais-je pu le voir alors qu’il était dans mon dos. Ce n’est pas très honnête. On a failli tomber et on a alors perdu pas mal de places. Sans ça, c’est clair que la course aurait été différente. C’est dommage mais c’est la course. L’important est de tirer les enseignements de cette expérience et c’est que nous essayerons de faire à Silverstone.

GPi : C’est un circuit que tu apprécies ?

Je l’adore. C’est un de mes préférés de la saison. La saison dernière, j’avais roulé blessé et j’avais vraiment eu du mal à attaquer car je n’arrivais pas à prendre l’embrayage en main. Malgré tout, en course, j’avais pu améliorer convenablement mes chronos par rapport à ceux de la qualification. J’ai toujours bien roulé là-bas et j’espère que ce sera encore le cas cette saison.

GPi : L’objectif ? Le top10 ?

Non, le top 10, on sait qu’on en est capable. L’objectif, à Silverstone, c’est de me battre devant et d’entrer dans le top5 à la fin du week-end ».

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Twitter       

 

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Dans cet article

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de