Honda assumera les surcouts de développement de sa Production Racer



Le cheval de bataille de la Dorna, ces dernières années, était de diminuer les coûts du MotoGP afin de repeupler une grille qui, au fil des saisons était devenue famélique.

Pour ce faire, une des idées a été de travailler sur l’électronique en imposant un boîtier unique. Mais comme elle ne plaisait à tout le monde, certaines dérogations ont été accordées aux constructeurs mais avec des pénalités à la clé.

Ainsi, Honda, Yamaha et Ducati ne pourront embarquer que 20 litres d’essence contre 24 pour les autres et n’auront droit qu’à 5 moteurs au lieu de 12 pour les motos utyilisant l’ECU standard.

En échange de ces dérogations, Honda, tout comme Yamaha, s’est engagé à fournir des solutions low-cost.

Si Yamaha avait, dans un premier temps, proposé d’uniquement fournir des moteurs de M1, chez Honda, on a privilégié la piste de la moto complète, la ‘Production Racer’, qu’on a développé et même confié à Casey Stoner lors de ses tests à Motegi.

Et du côté de Tokyo, on semble plutôt fier des performances de la toute jeune RCV1000R. C’est en tout cas ce qu’il ressort des propos de Shuhei Nakamoto, le vice-président du HRC, à MCN    

« En qualifications, les machines d’usine sont à pleine puissance mais pendant la course, nous ne pouvons pas utiliser la pleine puissance en raison de la limite de 20 litres. Ainsi, en course, l’écart sera probablement réduit puisque les ‘production racers’ disposeront de 24 litres. Je n’ai aucun doute sur le fait qu’un pilote de haut niveau, sur certains circuits, puissent être dans le top six avec la moto de production. Si Casey Stoner roulait dessus, il pourrait gagner à Phillip Island (rires) ».

On n’a donc pas fait les choses à moitié chez Honda et on sent qu’à Tokyo, on n’a pas envie de perdre la bagarre de la série B. Mais qui dit performance, dit développement et qui dit développement dit argent, beaucoup d’argent.

Du coup, comme on pouvait s’y attendre, le HRC a largement dépassé le budget mais Honda s’est engagée à fournir une machine ne dépassant pas le million d’euros, comme voulu par

Carmelo Ezpeleta et visiblement, elle tiendra parole.  

«Je suis content de la performance et la fiabilité de cette moto, mais je ne suis pas heureux au niveau des coûts. Ils sont beaucoup plus élevés que ce que nous avions pensé au départ, mais Honda s’est engagée dans ce projet et nous ne répercuterons pas les coûts de développement sur les clients, Honda les assumera ».

Si Yamaha semble tenter le meilleur pilote CRT de ces deux dernières saisons et que les deux constructeurs japonais donnent l’impression de vouloir se battre pour la suprématie du low-cost, force est de constater que Honda dispose déjà de quelques longueurs d’avance.

Rappelons que le pilote phare sur cette Production Racer sera Scott Redding qui roulera dans l’équipe de Fausto Gresini.

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Twitter 

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de