Michael Bartholemy : "Scott veut aller en MotoGP avec un titre de champion du monde en poche"



En 3 courses, l’avance de Scott Redding au championnat est passée de 38 à seulement 9 points. S’il n’y a pas état d’urgence au sein de l’équipe Marc VDS, son team-manager sent la pression monter sur les épaules de son protégé. D’autant plus que la dernière intervention chirurgicale subie par le britannique n’a pas réglé ses problèmes de pertes de sensations.

 

GP-Inside : Michael, quelle a été la réaction de Scott après cette 7ème place obtenue à Sepang ?

M.B : « Il est très déçu car il était bien parti lors du 1er départ, mais lors du second, la bousculade qui a eu lieu devant lui l’a gêné et il a immédiatement perdu le contact avec le groupe de tête. Une fois que tu as 2 ou 3 secondes de retard sur les bons devant, c’est presque perdu d’avance. Il a forcé pour revenir mais au bout d’une dizaine de tours, son problème de fourmillement dans la main droite est revenu. Ca commence par le pouce, puis ça s’étend à l’index et au majeur. À partir de là, la gestion des gros freinages devient très délicate, surtout pour les virages à droite où l’on a besoin d’appuyer sur le guidon ».

 

GP-Inside : Pourtant il a été opéré du syndrome des loges avant le GP d’Aragon, et il souffre toujours ?

M.B : « Il ne souffre pas, mais l’intervention n’a servi à rien. À Aragon, on pensait que l’intervention était trop récente et qu’il fallait laisser passer un peu de temps. Ensuite, il a fait du supermotard et il a constaté que le phénomène était toujours présent… et ça fait 3 ans que ça dure ! L’an passé, Scott a déjà été opéré du canal carpien, il y a eu une amélioration passagère mais le problème est revenu ».

 

GP-Inside : On imagine que l’approche du dénouement et que ces ennuis à la main lui mettent beaucoup de pression sur les épaules…

M.B : « Depuis 3 courses, Scott est tendu, il a un pilotage beaucoup moins relâché. Dans notre équipe, on a un garçon qui a déjà été à la lutte pour un titre de champion du monde, (Mika Kallio a terminé 2ème du championnat 125 en 2005, à 5 points de Tom Luthi, NDLR), j’en ai parlé avec lui. Pour Mika, on n’imagine pas à quel point c’est obsédant pour un pilote. Ça reste à l’esprit à chaque seconde, quoique l’on fasse, quel que soit l’endroit où l’on se trouve ».

 

GP-Inside : Scott et Mika parlent de tout ça ensemble ?

M.B : « Ce sont deux garçons très introvertis alors ils n’engagent pas la conversation naturellement l’un avec l’autre. Il faut toujours que quelqu’un, moi en général, amène un sujet. Pour Mika, il n’y a pas de doute, Scott est un pilote talentueux, et il lui a assuré qu’il ferait tout ce qu’il peut en piste pour l’aider à aller chercher ce titre ».

 

GP-Inside : Il va tenir le coup ?

M.B : « C’est difficile à dire. Je le connais depuis très longtemps, on a traversé des moments très difficiles parfois, mais je ne l’ai jamais vu confronté à une telle situation… »

 

GP-Inside : Le fléchissement de ses résultats a coïncidé avec l’annonce de son passage en MotoGP l’an prochain. Cela ne pourrait pas avoir émoussé sa motivation ?

M.B : « Non, c’est même exactement le contraire ! On s’est posé la même question en interne et on lui a clairement demandé ce qu’il en était de ce point de vue. Pour lui c’est clair : il veut aller en MotoGP avec un titre de champion du monde en poche ! En plus, ce qu’il faut savoir, c’est que la signature à proprement parler ne s’est pas faite au moment où cela a été rendu public, donc il n’y a vraiment pas de lien de cause à effet ».

 

GP-Inside : Scott va absolument devoir réagir en Australie, il en est capable ?

M.B : « Il a toujours bien roulé à Phillip Island. Il a fait un podium là-bas en 2010, dès sa première année en Moto2. C’est un circuit qui lui permet de sortir vite du dernier virage  et de compenser son gabarit supérieur à celui de ses adversaires, de la même manière qu’il peut le faire au Mugello. Il a clairement un problème de poids qui l’empêche de suivre ses rivaux lors des accélérations sur les 2ème et 3ème rapports. En 4ème et en 5ème vitesse, ça se stabilise, puis il perd de nouveau en 6ème, mais sur des tracés comme celui du GP d’Australie, il n’y a pas de raison qu’il n’arrive pas à s’imposer ».

 

GP-Inside : Quel pourcentage de chance d’être titré il a selon toi ?

M.B : « Ça je n’en sais rien. Le seul chiffre que je peux donner, c’est celui de notre motivation, et on est à 110% derrière lui ! »

 

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

 

 

 

 

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Dans cet article

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de