GP de Jerez, MotoGP : On plante le décor



Après le sunlight artificiel de Doha, pilotes et team se sont donné rendez-vous sous le soleil, espérons-le, de Jerez, en Espagne. Ce sont aussi les grandes retrouvailles avec l’Europe pour le MotoGP, tandis que pour la 125 et le Moto2, les pilotes seront en terre connue puisqu’ils s’y sont rendus il y a quelques semaines pour une séance d’essais officiels qui fut cependant largement perturbée par la pluie.

Comme le titrait motogp.com, Jerez c’est Lorenzoland, c’est son circuit. Il est chez lui et les tribunes seront donc toutes acquises à sa cause. Il s’y est imposé l’année passée et il y a souvent été redoutable !

Et pourtant cette année, le champion du monde en titre ne semble pas le mieux placé pour se succéder à lui-même sur la première marche du podium. Parce que derrière il y a du lourd, du très très lourd.

En effet, si Dani Pedrosa devra certainement attendre le 1er mai et le Grand Prix d’Estoril pour espérer avoir complètement récupéré de son épaule, ce n’est pas le cas de Casey Stoner. Vainqueur au Qatar, le Kangourou volant ne demande qu’à enfoncer le clou ! Vu la forme qu’il tient à l’heure actuelle, la tâche s’annonce ardue pour ses collègues et adversaires.

Ses collègues qui, comme nous venons d’évoquer le cas de Pedrosa, sont Simoncelli et Dovizioso. Simoncelli, dernier de classe HRC à Doha, aura à cœur de prendre sa revanche sur Dovizioso. La dernière bataille entre ces deux hommes s’est réglée au corps à corps à coup de carénage et de gros freinages. Bien que moins dans le champ des caméras, ce fut pourtant un des plus beaux faits d’arme de la manche inaugurale.

Un autre qui devrait avoir aussi à cœur de prendre une petite revanche, c’est l’Américain Ben Spies. Retardé, à Losail, par un Valentino Rossi diminué mais vaillant, Spies n’a pu accrocher la tête de la course. C’est tout de même une demi déception dans la mesure où l’Américain avait souvent dominé Lorenzo en pré-saison, mais alors que le champion du monde en titre montait sur la seconde marche du podium au prix d’une course courageuse et finalement épatante, Ben devait, quant à lui, se contenter d’une sixième place accrochée au bout d’une course passée dans l’anonymat.

Nous évoquions hier le cas des « Ducatistes » de Borgo Panigale,et aussi bien Valentino Rossi que Nicky Hayden attendent des progrès pour ce retour en Europe.

Valentino tout d’abord. L’Italien, auteur d’une course courageuse au guidon d’une GP11 pas encore au niveau de ses rivales, était en quelque sorte content de son résultat au Qatar. Jamais mieux que neuvième ou dixième en pré-saison, la septième place en course était certainement le mieux que le pilote Italien pouvait espérer compte tenu des circonstances. Rossi sait qu’il n’est pas à 100% et il se contente de ramener le plus de points possibles en attendant des jours meilleurs. Le triste report du Grand Prix du Japon va lui donner le temps de récupérer entièrement de son opération. Et après ? Comme Dennis Noyes l’écrivait dernièrement, lesjeunes pilotes, qui croient l’avoir enterré, pourraient avoir des mauvaises surprises. Rossi aime le circuit de Jerez, il suffit de le demander à Sete Gibernau, mais sera-ce suffisant ?

Nicky Hayden, pour sa part, doit essayer de se remettre dans la bonne voie après son départ manqué à Doha. Ce ne sera pas chose aisée puisque l’Américain semble avoir du mal à trouver les clés de la GP11. Il serait pourtant de bon ton qu’il ramène des points à Borgo Panigale s’il veut conserver son guidon chez les rouges au-delà de cette saison.
Nous saluerons aussi le retour à la compétition de John Hopkins. Deux ans après sa dernière apparition en GP, l’Américain prendra la place du malheureux Bautista au guidon de la GSV-R de chez Rizla Suzuki.

L’heure est aussi à la revanche pour les pilotes du team Pramac puisqu’aucun n’a fini la course qatarie, de Puniet ayant chuté et Capirossi ayant dû jeter l’éponge dans les premiers tours.

Hector Barbera, sur la Ducati privée du team Aspar, tentera certainement de se placer devant une ou deux Ducati officielle(s), comme il en avait pris l’habitude lors de l’avant-saison. Mais la pré-saison n’est pas la course et, comme à Doha, la mission s’avère des plus ardues.

Pour les pilotes de chez Tech3, le scénario est différent pour les deux pilotes. D’un côté Edwards tentera certainement de garder sa place de premier privé, de l’autre, Crutchlow, en progrès, cherchera à emmagasiner les kilomètres et l’expérience qui va de paire afin de commencer à se mesurer à son équipier.

Reste donc Abraham et Elias qui plus que probablement chercheront à éviter la dernière place du classement.

Les premiers tours de roue sur le circuit espagnol auront lieu demain à 10 heures 10. Vous pourrez les suivre en intégralité sur RTL Sport et, bien entendu, vous retrouverez les commentaires et analyses ici même sur votre blog MotoGP Inside…Stay tuned!


Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Dans cet article

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de