Johann Zarco : "Tout donner pour finir devant "



Jusqu’au GP d’Australie, Johann Zarco faisait partie des 3 seuls pilotes à avoir inscrit des points lors de chaque épreuve cette saison. Et puis il y a eu cette chute à Phillip Island, et le bris d’un sélecteur de vitesse à Motegi. 2 résultats vierges qui ont fait reculer le français jusqu’à la 9ème place du championnat. De retour du Japon, Johann Zarco nous offre son point de vue une semaine avant de mettre le cap vers Valence pour l’ultime rendez-vous de la saison.

 

Johann, quel est ton sentiment sur la tournée outre-mer ?

J.Z : « Clairement cela n’a pas été une bonne tournée. Cela avait pourtant bien débuté en Malaisie avec la 6ème place alors que le week-end de Sepang avait commencé difficilement. Le pire reste l’Australie. On a perdu du temps pour trouver les réglages, on a fini par trouver quelque chose de correct, mais il nous était impossible de faire mieux que 12ème en qualification. La course ayant été raccourcie, le peloton était très nerveux, il y a eu beaucoup de chutes dans les premiers tours mais je m’en suis bien sorti. Pendant que j’essayais de remonter sur le groupe de tête, je suis passé un tout petit peu plus vite dans un virage, et la moto a décroché… »

 

GP-Inside : Et enfin le Japon ?

J.Z : « Un week-end chaotique ! Impossible de rouler vendredi, on se retrouve à faire la qualification en pneus pluie sur une piste séchante… et j’adore ça ! On est passé tout près de la pole mais j’ai été gêné sur la fin de mon tour. Là encore on a eu de la chance parce que j’ai manqué mon premier départ, et je me suis rattrapé sur le second. Malgré ça, je perdais 3 ou 4 dixièmes par tour comparé au groupe de tête et puis mon sélecteur de vitesse a cassé. C’est rageant parce que ce sélecteur était sur ma moto qui a chuté en Australie. Il avait été vérifié et ne montrait pas de signe de faiblesse… »

 

GP-Inside : Après l’annonce de ton départ de chez Ioda, il a beaucoup été question de l’ambiance dans l’équipe et de la possibilité de travailler correctement lors de ces Grand Prix…

J.Z : « Honnêtement je m’attendais à pire, mais chacun y a mis du sien. En Malaisie, ils ont vraiment fait le maximum de ce qu’ils pouvaient. En Australie, on a commis une erreur. On a débuté la première séance avec des gommes tendres. Après mon premier run, je suis revenu avec des pneus totalement usés et comme ça ne se passait pas très bien, on a remis des pneus neufs, et ils ont réglé les suspensions beaucoup plus dur… Or ça ne marche jamais là-bas avec ce genre de réglages ».

 

GP-Inside : Mais dans ces cas-là, on ne demande pas l’avis au pilote avant de faire des modifications ?

J.Z : « Pas nécessairement. En règle générale, je roule, je rentre au stand, je donne mes sensations, ils comparent ce que je leur dis aux datas collectées et ils modifient les réglages de la moto pour améliorer les performances. Si ça va dans le bon sens, il n’y a pas besoin de parlementer, d’ailleurs on n’a pas le temps de se parler beaucoup ».

 

GP-Inside : La prochaine épreuve se déroulera à Valence… Ce n’est pas vraiment un GP qui te réussit habituellement. Quelle sera ton ambition ?

J.Z : « Depuis 2009, je n’ai vu l’arrivée qu’une seule fois, et c’était en 15ème position : Donc mon but c’est d’être à l’arrivée, et bien classé ! Je vais tout donner pour finir devant. « .

 

GP- Inside : Tu n’es pas tenté de te concentrer davantage sur les essais post-GP avec ta nouvelle équipe Caterham ?

J.Z : « Non pas du tout ! D’ailleurs dès que nous sommes rentrés du Japon, j’ai repris l’entrainement : course à pied, vélo, je vais aussi aller avec Laurent (Fellon, NDLR) rouler avec ma 125 sur notre circuit de karting. On se prépare aussi sérieusement que pour toutes les autres courses ».

 

GP-Inside : Quel est ton sentiment sur le dénouement du championnat avec le titre de Pol Espargaro ?

J.Z : « Je crois que le déroulement de cette saison nous donne un élément très important à retenir car Pol Espargaro était favori, il avait été impressionnant aux essais de pré-saison et au Qatar, et ensuite je crois qu’il a été rattrapé par l’enjeu. Il était beaucoup moins relâché sur la moto et Redding a pu revenir sur lui au championnat, et même le dépasser. A son crédit, il faut reconnaître qu’il a su inverser la tendance et je crois qu’il mérite son titre. C’est triste pour Scott parce qu’il était très fort en début de saison. Je me demande s’il n’a pas commencé à gérer son avance trop tôt ou si la pression l’a touché à son tour. A partir de Misano, il a baissé un peu en performance mais il comptait sans doute monter sur le podium lors des épreuves outre-mer ce qui lui aurait permis de rester en tête au championnat. Or, en Moto2, on ne peut absolument pas relâcher son effort. Il n’a vraiment pas eu de chance en Australie. On voit bien qu’au moment de sa chute, il essaye de se protéger, mais ça va tellement vite qu’on ne peut rien faire. Il faudra retenir la leçon la saison prochaine, prendre course après course et quelle que soit notre position au championnat, ne pas chercher à compter les points »

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Dans cet article

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de