Australie, MotoGP, réactions : Rossi «petits ou grands, nous avons besoin des bons changements »



Valentino Rossi ne pouvait pas rêver pire déroulement pour le Grand prix où son meilleur ennemi, Casey Stoner, a toujours brillé au guidon de la Desmosedici et où il continue d’ailleurs de briller au guidon de la RC212V.

Quand on lui demande si, au terme de la seconde journée, l’Australie est son pire Grand Prix depuis le début de la saison, le Docteur répond, avec une certaine ironie : « Cette saison, c’est assez facile de savoir quel Grand Prix a été le meilleur, la difficulté c’est plutôt de savoir lequel a été le pire car le choix est trop vaste. »

Ce qui inquiète aussi l’Italien, c’est que non seulement son équipier est devant lui, mais c’est aussi le cas des pilotes du team Pramac, Randy de Puniet et Loris Capirossi. « Nous sommes les plus mauvais, les pilotes avec la vieille moto étaient très rapides mais c’était surtout le cas d’Hayden. Je lui ai exprimé mes plus sincères félicitations car il a fait un très bon tour, il a réussi à s’accrocher à Lorenzo et ça l’a un peu aidé, mais il s’en sort bien mieux que nous ».

Alarmante aussi l’aveu d’échec de Rossi : « Pour atteindre le sommet il n’y a pas de secret, nous devons nous rapprocher étape par étape et nous améliorer. Ce qui nous inquiète, c’est que nous avons travaillé dur cette saison, j’ai donné beaucoup d’indications, mais cela fait presque un an et nous avons toujours les mêmes problèmes. Peut-être que nous n’avons pas encore compris quel est le problème ».

Après avoir touché à l’arrière et à l’avant de la machine, après avoir changé le châssis, c’est maintenant à la position de conduite que s’attaque Rossi et son équipe mais avec toujours aussi peu de succès. « Ma position de conduite n’est pas bonne, je n’arrive pas à charger l’avant à l’accélération, et ce problème demeure même après de nombreux changements, peut-être avons-nous agi sur les mauvaises pièces. Malheureusement, nous n’avons pas les repose-pieds où nous voulons et nous en attendons de nouveaux, nous avons essayé de changer seulement la position du guidon, mais nous n’avons pas résolu grand-chose. J’ai donné des idées pour changer la position de conduite, mais les nouvelles pièces ne sont pas encore prêtes ».

Et quand le journaliste de Gpone.com lui demande s’il n’y a pas également une limite due aux dimensions du moteur puisque l’angle de 90°entre les cylindres choisi par Ducati limite son positionnement dans le moteur: « C’est possible que ce soit ça le problème, un changement en ce sens requiert beaucoup de temps, mais Filippo Preziosi y travaille ».

Et puis il y a aussi l’échéance qui fait peur, le 7 novembre, Valence accueillera le premier test de pré-saison avec les 1000cc et tout le monde veut savoir quelles seront les différences au niveau de la conception de la moto, mais Rossi reste toujours aussi discret sur le sujet, peut-être par manque de foi en ce projet. « Ce n’est pas une question de changements petits ou grands, ce dont nous avons besoin, ce sont les bons changements »

Stay tuned!

 

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de