Fabio Quartararo : voler plus haut!




Nous vous avions déjà présenté Fabio Quarataro, il y a quelques mois.

Quasiment inconnu du grand public, pour la bonne et simple raison qu’il a fait toute sa « déjà longue » carrière (à seulement 14 ans!) entièrement en Espagne, celui qui n’en demeure pas moins un des plus grands espoirs français actuels (la meilleure preuve, c’est que nos amis espagnols se sont intéressés à lui depuis un bon moment) a connu une première saison de Championnat d’Espagne de Vitesse (CEV) prometteuse mais également parsemée de péripéties…

Aujourd’hui, à la veille de la dernière ligne droite, Valence et Jerez, nous reprenons contact avec lui pour faire un premier bilan et décrypter son avenir.

GP-Inside :  Bonjour Fabio, pour le grand public qui ne te connaît pas encore assez, peux-tu nous rappeler brièvement ton parcours ?

 Fabio Quartararo : « en 2007, je finis 2ème du championnat d’Espagne 50cc, en 2008 je remporte ce championnat, en 2009 je suis champion d’Espagne 70cc, en 2010 je termine 3ème du championnat d’Espagne 80cc, en 2011 je remporte ce championnat, en 2012 je suis champion d’Espagne 250cc préMoto3.« 

GP-Inside : Mise à part en 2006, tu as donc toujours roulé en Espagne; pourquoi ce choix?

 Fabio Quartararo : « parce que le niveau en Espagne est beaucoup plus élevé qu’en France.« 

GP-Inside : Cette année, tu participes au CEV, l’antichambre des Grand Prix, sur une FTR-Honda. Peux-tu nous décrire ton team, avec lequel tu as un contrat de 6 ans, et qui y est passé avant toi ?

 Fabio Quartararo : « l’équipe dans laquelle je cours cette année, Wild Wolf, est très bonne. Il y a vraiment de très bons mécanos. L’année dernière, ils faisaient courir Juànfran Guevara.« 

GP-Inside : En CEV, contrairement aux GP, le règlement moteur est libre ; ton moteur Honda est à quel niveau de préparation?

 Fabio Quartararo :  « honnêtement, niveau moteur, par contre, c’est très moyen.« 

GP-Inside : Après un début de saison en fanfare (ndlr: 2ème à la première course), peux-tu nous rappeler pourquoi tu as eu une pénalité suite à la course d’Albacete? Ta version des faits.

  Fabio Quartararo : « ils m’ont déclassé car je suis passé sur le goudron vert à l’intérieur d’un virage, mais aux essais libres et qualificatifs, je le faisais systématiquement et on ne m’avait rien dit. Et à la course, ils ont attendu le 17ème tour pour me mettre le drapeau noir, une fois que j’ai dépassé Maria Herrera. Ensuite, mon team est allé à Madrid pour protester à la fédération espagnole. Je ne sais pas ce qui s’y est passé, mais ils sont revenus avec une amende supplémentaire de 1500 euros et un petit cadeau pour moi; six places à rendre sur la grille à la course suivante.« 

GP-Inside : Néanmoins, comment juges-tu cette saison 2013, même si elle n’est pas finie?

 Fabio Quartararo : « je suis très content car à Albacete, j’ai été disqualifié alors que j’étais 2ème. On m’a également fait tomber à la seconde manche à Albacete. Beaucoup de points de perdus mais, malgré tout cela, je ne suis qu’à 37 points du leader et il reste encore 75 points à attribuer (ndlr: Valence, ce week-end, comporte deux courses de Moto3). Pour une première année, cela me va très bien, d’autant que j’ai fini 5ème du championnat d’Europe.« 

GP-Inside : Pour 2014, tu abandonnerais ton team actuel au profit du team Laglisse, qui vient notamment d’emmener Maverick Vinales au titre mondial en Grand Prix. Pourquoi ce changement?

 Fabio Quartararo : « ce n’est pas encore signé, même si c’est en bonne voie. Je préfère tout simplement un team compétitif qui fait rouler des KTM.« 

GP-Inside : Les deux dernières manches du CEV, ce week-end à Valencia et le prochain à Jerez, tu les fais avec qui?

 Fabio Quartararo : « on ne sait pas encore pour Jerez, mais pour Valence, ce sera avec ma moto habituelle, la FTR-Honda, dotée d’un moteur un peu évolué.« 

GP-Inside : Quel est ton objectif pour 2014?

 Fabio Quartararo : « champion du CEV!« 

GP-Inside : Au moins c’est clair! Tu es connu pour ne jamais vouloir t’arreter de rouler, même après une journée complète; d’où te vient cette énergie? Tu fais du sport, à côté?

 Fabio Quartararo : « je fais du sport 5 fois par semaine et sur la moto, c’est plus qu’un amusement, c’est une passion donc j’en veux toujours plus.« 

GP-Inside : A propos de passion, parle-nous du cross; tu n’a pas peur de te blesser, comme beaucoup d’autres pilotes?

 Fabio Quartararo : « je me suis déjà blessé assez gravement, durant l’hiver 2011/2012, mais je n’ai pas peur.« 

GP-Inside : Le petit garçon qui courait en 50cc est en train de se transformer peu à peu en solide jeune homme; quelle est ta taille et ton poids ?

 Fabio Quartararo : « je mesure 1m74 et pèse 61 kilos.« 

GP-Inside : Est-ce un handicap par rapport aux autres pilotes?

 Fabio Quartararo : « non pas du tout.« 

GP-Inside : Enfin, pour parler d’autre chose; à l’école, en quelle classe es-tu et ça se passe comment, en général et pour les weekends de course?

 Fabio Quartararo : « à l’école, ça ce passe plutôt bien même si les profs râlent un peu (rires). Je suis en troisième.« 

GP-Inside : Fabio, finalement, tu te sens plutôt Français ou un peu Espagnol?

 Fabio Quartararo : « les deux! » (rires)

Vous pourrez suivre Fabio Quartararo et les autres francophones (Lucas Mahias et Valentin Debise en Moto2, Livio Loi, Corentin Perolari, Enzo Boulom, Loris Cresson, Hugo Casadesus et Anthony Dumont en Moto3, Pierre Texier, Pierre Ginieys et Rémi Salles en 600STK, Jonathan Martinez, Mathieu Dumas, Fabien Parchard, Frédéric Coubard, Juan Eric Gomez et Philippe Le Gallo en Stock Extreme) en direct grâce au LIVE TIMING.

Fabio Quartararo, le plus jeune pilote du CEV, partage également cette vidéo promotionnelle avec Philippe Le Gallo, disons… le moins jeune.

Crédit photo (Fabio, Valencia, ce matin) : Thierry Marino. 

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Dans cet article

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de