Eugène Laverty : “Ducati? Trop risqué ! »



Eugène Laverty, qui participera au Sic Supermoto Day en compagnie des stars du MotoGP et du Superbike d’ici quelques jours (lire ici), a disputé une saison magnifique au guidon de son Aprilia d’usine.

Vice-Champion du Monde Superbike, l’Irlandais n’a pourtant pas connu des négociations faciles. Jeté par Aprilia en Superbike, victime de l’arrêt de la collaboration entre Noale et Aspar en MotoGP et puis finalement, courtisé par Ducati, c’est toutefois avec Suzuki, toujours en Superbike, qu’il s’est engagé.

Bien entendu, le choix n’est pas innocent puisque comme on le sait Hamamatsu devrait revenir en MotoGP, en 2015.

Il n’en reste pas moins que pour un Vice-Champion du Monde, Laverty a dû accepter un double pari risqué puisque non seulement, Suzuki n’a plus rien gagné à ce niveau depuis des lustres mais qu’en plus, le constructeur japonais n’a pas encore annoncé officiellement son retour à ce niveau de la compétition.

Alors, bien entendu, comme Laverty le rappelait lui-même (lire ici), il est fort probable que Suzuki revienne en 2015 mais il ne faut pas oublier qu’il y a six mois, tout le monde était convaincu de les revoir dès 2014 !

Laverty est revenu, avec MCN, sur les raisons des différents échecs de ses négociations en commençant par le cas Aspar-Aprilia. 

« Quand Aspar a quitté Aprilia pour aller avec Honda, ils étaient toujours intéressés par moi, mais à la fin, un autre pilote est arrivé (ndlr : Aoyama) et les négociations ont pris fin. C’est comme si j’avais été poussé hors de chez Aprilia en WSB pour faire place à (Marco) Melandri, mais l’intention était toujours, pour moi, de débarquer en MotoGP avec Noale et de les aider à développer leur machine pour être prêts quand ils s’y installeront en tant que constructeur. C’était le mauvais moment et le mauvais endroit et, malheureusement, la possibilité a disparu ».

Chez Ducati, en revanche, c’est finalement le pilote qui opposait, non sans avoir longuement négocié, une fin de non-recevoir à Borgo Panigale.

« J’avais vraiment envie d’aller chez Ducati pour entrer dans un programme de développement, mais plus le temps a passé, plus ça semblait risqué parce que j’ai toujours dit que quand je reviendrais en MotoGP, il faudrait que ça soit dans de bonnes conditions. C’est toujours mon intention de revenir en MotoGP, mais ça doit l’être à la bonne occasion, parce que la dernière fois que j’y ai roulé, j’ai été largué par beaucoup de personnes, ce qui montre à quel point la machine est importante ».

Et puis, finalement, face aux succès de Laverty lors de cette fin de saison, Aprilia a tenté de reconsidérer sa décision mais il était trop tard et le pilote s’est engagé chez Suzuki.

« Nous avons négocié jusque dans les moindres détails et tout était en ordre, je sais qu’on était proche. Je suppose qu’après la double victoire de Jerez, Aprilia a pensé que me laisser partir n’était peut-être pas la meilleure chose, je sais qu’ils ont travaillé pour essayer d’aligner une troisième moto d’usine en WSB mais finalement, c’était un peu  trop tard ».

Voilà désormais l’Irlandais prêt à relever un défi de taille mais qui apparaît surtout insurmontable, du moins en SBK où il semble peu probable que la GSX-R reçoive des ajournements révolutionnaires puisqu’à l’heure actuelle, tout Hamamatsu reste focalisé sur le développement de celle qui devra assurer la relève de la GSV-R…mais pourquoi pas, si la machine est importante, le pilote l’est aussi et de ce côté-là, Eugène Laverty a tout ce qu’il faut !

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook  

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de