Hervé Poncharal, Didier de Radiguès : l'interview croisée avant Sepang 2

Alors que les équipes et pilotes de la catégorie MotoGP s’apprêtent à négocier leur deuxième session d’essais en Malaisie, nous avons demandé à Hérvé Poncharal et Didier de Radigues de nous livrer leur point de vue sur divers sujets.

Confrontation d’autant plus intéressante que leurs analysent divergent à plusieurs reprises.

Hervé Poncharal est évidemment le patron de l’équipe Tech3 en MotoGP et aussi le président de l’IRTA (l’association des équipes de Grand-Prix). Didier de Radigues, actuel manager de Xavier Simeon et commentateur des GP à la RTBF, a été vice-champion du monde en 1982 en 350cc.

Nous signalons que leurs déclarations ont été receuillies séparément, ils n’ont donc pas eu la possibilité de se répondre.

Autre remarque importante, les interviews ont été réalisées avant la chute et le forfait de Marc Marquez.

GP-Inside : Marc Marquez a dominé les 3 journées d’essais, a-t-il endossé le rôle du patron en MotoGP ?

Hervé Poncharal :  » Je pense que oui. Il y a un an, aux essais de Sepang, il faisait de bonnes performances, mais il avait aussi chuté et tout le monde pensait qu’il ne serait pas en mesure de remporter immédiatement le titre. Au final, il a été champion du monde. En le voyant passer du bord de la piste, on sent qu’il a toujours la même attaque, mais il a désormais une maîtrise absolue. Même quand il attaque fort, il reste très propre. Il a une forme de sérénité après ce qu’il a accompli l’an passé, je le sens beaucoup plus sûr de lui. Alors oui, cette année, c’est lui l’homme à battre« .

Didier de Radiguès :  » Je pense qu’il est trop jeune pour endosser ce rôle. Que ce soit aux yeux de ses concurrents, des observateurs ou des gens du milieu. En revanche, il est un fait certain que c’est le phénomène du MotoGP. Il l’a prouvé la saison dernière, jusqu’à la dernière course et il retape sur le clou dès les premiers essais. Mais quant à dire que c’est le patron, je ne suis pas d’accord. Pour moi, le patron c’est Jorge Lorenzo et dans une moindre mesure Valentino Rossi. Pour moi, il ne faudrait pas de beaucoup de résultats positifs pour que Rossi revête une nouvelle fois le costume du boss. Il suffirait qu’il gagne la première course pour redevenir le patron des patrons alors que dans le cas de Marquez, ce n’est pas parce qu’il viendrait à remporter le Qatar qu’il serait affublé de cette étiquette. Marquez, c’est le phénomène, c’est le plus rapide mais ce n’est pas encore le patron« .

 

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de

Facebook

Nouvelles Applications

Disponible sur Google Play
Disponible sur Apple App Store

A propos

GP-Inside est le site francophone n°1 traitant du MotoGP.

Media Inside Sarl - rue des Mérovingiens L-8070 Bertrange
Contact: info@gp-inside.com

Suivez-nous sur