Nouveau règlement MotoGP : décryptage et interrogations.



Tout d’abord, il convient de préciser que le communiqué de presse publié par la FIM aujourd’hui est loin de tout clarifier, ce que l’organisme concède lui-même en annonçant une version plus précise prochainement.
Essayons cependant d’en comprendre ses implications les plus visibles, mais également celles plus cachées…

 » 1 – L’ECU et son logiciel commun seront obligatoires pour tous les concurrents dès 2016 »
Il s’agit de la mesure la plus importante, puisque cela était seulement prévu pour 2017.
Sachant que cette décision a été prise à l’unanimité, cela signifie donc, avec l’accord de la MSMA, l’association des constructeurs, et implique donc que Yamaha a voté « pour » puisque cette voix de la MSMA est-elle même décidée à la simple majorité (et on sait que Honda est complètement « contre »). 

Il s’agit là d’une très sérieuse brèche dans la solidarité Yamaha-Honda sur le sujet.
Peut-on mettre cette brèche sur le compte des résultats convaincants d’Aleix Espargaro et du fait que Yamaha  travaille déjà avec du Magneti Marelli? Nous le croyons.
Quoi qu’il en soit, Honda est le grand perdant de cette première mesure.

 « Tous les participants (actuels et à venir) sont incités à participer à la structure et au développement du logiciel. A cet effet, un site web privé sera mis en ligne afin de suivre les développements du logiciel et d’y renseigner les modifications suggérées.« 

C’est un coup de billard « en 3 bandes »; on a déjà le logiciel disons à 90% Ducati (si tant est que l’on maintienne l’Evo2, ce qui n’est ni explicité, ni même évident à court terme, 90% seulement car la gestion de l’essence est plus sophistiquée sur le logiciel Ducati Factory), on remercie Yamaha en lui proposant d’y adjoindre dans le futur ce dont il a besoin (en s’emparant au passage d’une partie de sa technologie) et on calme les petits teams Open qui s’étaient révoltés contre l’imposition d’un logiciel complètement opaque pour eux.
Honda est encore un peu plus isolé… 

« 2 – A partir de maintenant, un constructeur inscrit en catégorie Factory et n’ayant pas remporté de course la saison passée en condition de piste sèche, ainsi que les nouveaux constructeurs, seront autorisés à utiliser 12 moteurs sur l’année par pilote (Moteurs non scellés, donc à évolutions possibles), 24 litres d’essence et les allocations de pneus proposées en catégorie open.
Ceci est valable jusqu’au début de la saison 2016.
 » 

Il s’agit bien évidemment là d’une main tendue à Ducati (et Suzuki) pour « réintégrer » la catégorie Factory (et ses avantages dont on ne parle jamais), avec les avantages techniques spplémentaires de la catégorie Open.
Main tendue ou main tenant un bâton: Ducati a-t-elle vraiment le choix? Il semble que non et que les Ducati seront donc finalement alignées en Factory, avec les avantages des Open.

 « 3 – Les concessions accordées ci-dessus seront réduites dans les circonstances suivantes:
Si n’importe quel pilote, ou combinaison de pilotes nommés par le même constructeur participant selon la clause #2, remporte une victoire, deux secondes places ou trois podiums en condition de piste sèche durant la saison 2014, alors le constructeur verra sa capacité de carburant embarqué limitée à 22 litres. 
De plus, si le même constructeur remporte trois victoires en cours de saison, alors il perdra le droit d’utiliser les pneus tendres proposés en catégorie OPEN.« 

Les « punitions »… 
Progressives, elles commencent à avoir un léger effet direct, surtout à cause de ce petit demi-litre d’essence encore retiré, qui va notablement gêner Ducati mais aussi, dans une moindre mesure, Yamaha.
C’est le seul point susceptible de faire un peu sourire (jaune) Honda, maître de la consommation d’essence.

Elles ont également un effet indirect sur les courses en incitant Ducati, puisque c’est de lui dont il s’agit, à marquer 3 troisièmes places plutôt qu’une seule victoire: 48 points « cadeaux » valent mieux que 25…

La question des pneus est plus délicate car les cartes sont entièrement dans les mains de Bridgestone, qui décide seul de la « tendreté » de son pneu Open; très tendre, et il s’agit d’un pneu de qualification qui ne résistera à aucune course (ce qui semble le cas actuellement), à peine moins dur que le Soft des Factory et c’est un pneu qui pourrait être utiliser en course sur certains circuits… La différence est importante et lourde de conséquence!  

On le voit, les interrogations restent nombreuses, mais, en attendant des précisions à venir, on pourrait presque, de façon ironique, résumer ce nouveau règlement par « Yamaha, très silencieux jusqu’à présent, s’intéresse maintenant à l’Open, accélère l’isolement de Honda et offre 48 points à Ducati« .

Doit-on logiquement y voir l’arrivée probable des Yamaha Tech3 en Open en 2015? Et pourquoi pas?

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Rejoignez-nous sur Twitter

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de