Jules Danilo est prêt à commencer la saison malgré des tests compliqués.



A quelques heures de sa première saison complète en Grand-Prix, nous sommes revenus avec Jules Danilo sur les tests de présaison compliqués qu’il vient de vivre et sur ses ambitions pour la saison qui commence, dès demain, au Qatar.

GPi : Si tu devais résumer en un mot tes tests de présaison?

Jules Danilo : «Je dirais demi-teinte ! Parce que d’un côté, depuis le dernier test de Jerez, je me sens bien sur la moto, j’étais capable de pousser en fin de journée. Mais d’un autre côté les tests étaient également décevants car j’ai rencontré énormément de problèmes mécaniques qui ont freiné ma progression. J’ai dû louper environ deux jours et demi de test au total alors que j’étais un des pilotes qui avait le plus besoin de rouler. Mais une fois au Qatar nous aurons tous le même moteur donc on ne devrait plus rencontrer de soucis.»

GPi : Mahindra a fourni des motos mi-2013 et mi-2014. Est-ce que tu as pu découvrir la version 2014 entièrement?

J.D : «Non je n’ai pas du tout découvert la nouvelle moto dont le châssis reste inchangé mais le moteur est différent. Nous avions des moteurs un peu remontés dans tous les sens et le mien ne marchait pas très bien. Au début c’était surtout la boîte de vitesse et ensuite les moteurs. J’en ai d’ailleurs cassé deux!» 

GPi : Comment expliques-tu que Brad Binder, ton coéquipier, n’ait pas eu ces soucis?

J.D : «Mahindra testait des pièces différentes sur chaque machine et essayait de réunir toutes les bonnes pièces dans un seul et même moteur. Pour certains pilotes tout fonctionnait bien, pour d’autres c’était plus compliqué. Au départ j’avais une boîte de vitesse Honda dans le moteur Mahindra, et puis j’ai finalement eu la bonne boîte, mais un peu tard.»

GPi : Pour l’année qui arrive, sais-tu si tu pourras connaître les données de ton coéquipier?

J.D : «Chez Ambrogio il n’y a pas de pilote numéro un et nous avons le même chef mécano. Toutes nos données sont donc partagées. Moi ça m’aide beaucoup car Brad Binder est un pilote qui roule devant, et ça me permet de progresser. C’est vraiment super important et une grande aide pour moi!»

GPi : Est-ce que les 9 rookies et/ou les 7 autres pilotes Mahindra seront des références pour toi?

J.D : «La plupart des rookies sont des pilotes avec qui j’ai déjà roulé l’an passé en CEV. Donc bien sûr que oui, ce seront des références pour moi. J’aimerais être dans les premiers parmi ceux-là.
Quant aux pilotes Mahindra je vais me comparer aux pilotes d’usine. Mon but est de me rapprocher du premier pilote de la marque. Et puisque les motos sont assez proches cette année, j’essayerai de me rapprocher de la tête. Il faudra essayer de réduire l’écart avec les premiers tout au long de l’année.»

GPi : Avec les différentes wild-card que tu as effectuées dans les différents championnats, il n’y a que sept circuits que tu ne connais pas. Tu penses bénéficier d’un gros avantage par rapport aux autres rookies? 

J.D : «Je pense que ça m’avantagera sur les premières séances mais en Grand-Prix tous les pilotes sont bons et ils réussiront à combler ce manque de connaissance du circuit. Ça sera quand même une aide pour moi. Pour les pistes que je ne connais pas il faudra que je me mette vite dans le rythme.»

N’hésitez pas à soutenir Jules sur sa page Facebook

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Rejoignez-nous sur Twitter

 

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de