Interview de Guy Coulon et Gilles Bigot sur les problèmes des Factory (Part 1)



Lorsque les MotoGP Factory, et en particulier les Yamaha, ont posé leurs roues sur le circuit de Losail, il n’a pas fallu bien longtemps pour comprendre qu’elles étaient en difficulté.

Si Jorge Lorenzo a alors immédiatement proposé des solutions drastiques en mettant principalement en cause les nouveaux pneus Bridgestone, nous sommes allés interroger deux techniciens français sur le sujet, et pas des moindres puisqu’il s’agit de Guy Coulon et Gilles Bigot, pour essayer de bien comprendre la problématique rencontrée en début de weekend par les motos les plus sophistiquées au monde.

Leurs avis sont aussi complémentaires qu’intéressants car si l’un était particulièrement concerné, et donc soumis à une sorte de semi-secret professionnel, le second a pu émettre quelques hypothèses techniques méritant largement réflexion…

Propos recueillis à Losail avant les qualifications.

Guy Coulon: « les pilotes Yamaha et Honda Factory, contrairement à nous, ne sont pas venus faire d’essais ici. Comme la piste était un peu délicate, et que les nouveaux pneus l’étaient également, il était compliqué de trouver le bon équilibre en peu de temps. Ceux qui sont venus faire des essais, dont nous faisons partie, ont pu bénéficier de trois jours durant lesquels ils ont dû batailler longtemps avant de trouver un bon équilibre pour les motos. Les motos officielles se sont rapprochées petit à petit, mais je pensais effectivement que ce serait peut-être un petit peu plus rapide. »

GPi : On peut imaginer que les informations circulent entre Tech3 et Yamaha Factory; pourquoi n’ont-ils pas pu se baser sur les réglages que vous avez mis au point pour Bradley et Pol lors des essais précédents?

Guy Coulon: « Ils les ont utilisés dans une certaine mesure. Après, il faut quand même les adapter à chaque pilote, ce qui n’est pas forcément très simple. A Losail, sur la piste, l’équilibre de grip avant/arrière tient vraiment à très peu de choses, alors même si on copie ce qu’un autre pilote fait, il ne faut pas grand-chose pour être un peu à côté. »

GPi : On sent les deux pilotes Yamaha Factory très nerveux et on les a rarement vus comme ça…

Guy Coulon: « Je pense que, aussi bien pour l’un que pour l’autre, il n’était pas très plaisant d’être un peu loin. Et quand on est dans de telles conditions de grip précaire, et que l’on est sous pression pour revenir vite devant, cela ne fait que compliquer la tâche. »

GPi : Pendant ce temps-là, Aleix Espargaro a fait un festival, qui plus est sans forcément utiliser le pneu Extra-Soft auquel il a droit; n’est-ce pas cela le plus inquiétant pour les Yamaha officielles et, dans une moindre mesure, pour vous aussi?

Guy Coulon: « Je ne sais pas trop quel pneu il a utilisé lors des essais car il y a des informations un peu contradictoires sur le sujet mais je pensais que pour la qualification, les Ducati et la Yamaha-Forward risquaient d’être devant. Après, sur le déroulement de la course, d’une façon générale, c’est toujours mieux de partir devant, surtout qu’à Losail  il y a du vent, de la poussière, et que la piste n’est souvent propre que sur la largeur de la trajectoire, rendant les dépassements plus compliqués.

Mais je le répète, il s’agissait là d’un cas particulier; dès la prochaine course, tout le monde sera sur un pied d’égalité dès la première séance et il y a pas mal de choses qui vont rentrer dans l’ordre. »

A suivre…

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Rejoignez-nous sur Twitter

 

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Dans cet article

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de