Filippo Preziosi explique l’échec du couple Rossi – Ducati et les raisons d'y croire



Filippo Preziosi, l’ingénieur Ducati en charge du département course de Borgo Panigale, est aussi le créateur de la Desmosedici.

Après une saison noire comme celle que les rouges ont vécu cette année avec la totale remise en question de la conception même de sa GP11, on se doute que l’égo du monsieur doit en prendre un coup mais c’est aussi mal connaître l’humilité de ce grand monsieur de la moto.

Le quotidien italien, « La Stampa », l’a rencontré pour examiner avec lui les raisons de cet échec.

Morceaux choisis.

L’ingénieur commence par le refrain que tout le monde connaît, pour l’avoir entendu depuis le Grand Prix des Pays-Bas et l’introduction de la GP11.1, à savoir que Rossi et Ducati ont mené des essais tout au long des Grands Prix, ce qui, selon lui, était le meilleur moyen de ne pas obtenir de résultats.

Mais là où ça devient original, c’est que Filippo Preziosi aimerait qu’enfin, on « dé-Valentinoïse » la question des modifications apportées à la moto et même au projet Ducati.

« Je voudrais « dé-valentinoiser » la question car ce que nous cherchons à faire, c’est une moto meilleure pour tout le monde et lorsque Valentino sera en mesure d’aller fort avec cette moto, tous les autres pilotes auront, à leur tour, beaucoup plus facile avec cette moto».

Malgré cette année difficile, l’ingénieur italien ne tarit pas d’éloges à l’égard du nonuple champion du monde. « Je connaissais déjà ses grandes capacités de metteur au point mais j’ai été surpris de voir combien il a toujours été positif et disponible malgré le fait qu’il vivait une saison aussi difficile. Ceci aussi me fait comprendre qu’il est vraiment spécial ».

Et des moments difficiles, ils en ont vécus, parfois au point de craindre la rupture. « Il y a eu des moments vraiment difficiles, comme au Mugello par exemple, qui était une course importante pour Valentino comme pour Ducati, et où, malgré la nouvelle moto, les résultats ne sont pas arrivés. Mais le respect mutuel n’a jamais manqué ».

Evidemment, en 2012, quelque chose doit changer, que ce soit pour Rossi, qui n’a plus tellement de cartouches à tirer avant sa retraite, que pour Ducati qui doit continuer à associer sa Desmo à l’image d’une moto capable de gagner des courses. Alors que demande Rossi à Ducati et inversement ?

« Valentino nous demande toujours la même chose: une moto qui peut gagner. Nous, de notre côté, nous demandons seulement à Valentino d’être Valentino. Quand il sera en confiance sur la moto il ramènera des choses merveilleuses. Le voir au Rallye de Monza me l’a confirmé ».

Et Filippo Preziosi est aussi le premier à croire que Valentino Rossi a encore, dans sa manche, un championnat où l’autre. « Oui, je le sais depuis que je l’ai vu le jeudi soir passer une heure avec son électronique à analyser ses données, alors même qu’il savait que le week-end, il ne pourrait tout de même pas gagner: Il s’impliquait comme s’il se battait pour le titre ».

Voilà les paroles optimistes d’un de ceux qui voulait Rossi en rouge. C’est maintenant à eux, pilote, ingénieurs et team, à montrer, que ces belles paroles en interview peuvent trouver un écho sur la piste. Stay tuned !

Photo : Stéphane Meyers

Source : stampa.it

 

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Dans cet article

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de