Le peu que l'on sait du circuit Termas de Rio Hondo… nous met déjà l'eau à la bouche!



Le circuit a été construit en 2007 mais ne correspondait pas aux normes en vigueur pour le MotoGP. Il a donc été détruit et complètement reconstruit en 2012, redessiné par l’italien Jarno Zaffelli (Studio Dromo), en gardant la forme générale de son tracé mais en lui adjoignant un nouveau virage (2) et une cassure (9) pour le rendre moins rapide et plus long (4806 mètres). 

Malgré cela, les simulations le donnent pour le circuit le plus rapide du championnat, avec une moyenne attendue de plus de 188 km/h, à comparer avec le 182 km/h atteint à Phillip Island. 

Malgré la large piste de 16 mètres, on lui a également rajouté beaucoup de zone de dégagements, calculées selon le logiciel informatique DroCAS™  afin de passer avec succès l’homologation MotoGP.   

Inauguré en mai 2013 par  Franco Uncini au guidon d’une Yamaha R1, le circuit a reçu, en juillet de la même année, les premiers tours de roues d’une délégation de pilotes MotoGP et Moto2.
Si les conditions de piste et la météo n’ont pu permettre de descendre sous les 1.44 (voir ici), les pilotes se sont révélés unanimement positifs sur ce nouveau tracé.

Cal Crutchlow: « cette piste offre un bon mélange de longues et rapides courbes avec des plus serrées, donc il est très important de rentrer dans un bon rythme. J’aime vraiment le virage #6 qui est une longue courbe en descente.. C’est  vraiment  très cool de piloter ici et je pense que toute la grille MotoGP va adorer ce circuit.”

Stefan Bradl:  » c’est un très joli circuit. Cela convient vraiment bien pour la MotoGP. »

Alvaro Bautista: « à propos du tracé, je pense qu’il est très joli, spectaculaire, très rapide avec de belles courbes et vous y aimez chaque virage. »

Hector Barbera:  » mon feeling est très bon car j’aime beaucoup les courbes rapides, et ce circuit en a beaucoup. La piste est large, et il est possible de doubler dans chaque virage. Ce sera une bonne course. »  

Nico Terol: « j’aime beaucoup ce circuit. Pour la course, on pourrait avoir de grosses batailles, car le tracé est difficile. J’aime les courbes rapides. »

Mais celui qui nous en dit le plus, c’est bien Esteve Rabat, qui nous décrit le circuit, virage par virage: « C’est une belle piste, avec un bon mélange de virages lents et rapides et deux lignes droites rapides . La ligne droite, en particulier, sera intéressante, car elle fait plus d’un kilomètre de longueur avec un virage lent à la fin , de sorte que les freins seront un bon exercice physique !

Dans l’ensemble, la piste n’est pas trop technique , mais il y a des parties à soigner pour être rapide . Les sorties de la ligne droite et de celle de départ, par exemple, seront essentielles pour faire un tour rapide.

Les deux premiers virages sont assez délicats ; vous êtes « fort » sur les freins à la fin de la ligne droite de départ et puis vous avez à négocier deux virages à 180 degrés sans perdre de vitesse . Ces deux courbes ne sont pas particulièrement rapides , mais elles sont assez techniques.

Les virages trois et quatre sont essentiels, car vous avez besoin de garder autant de vitesse que possible ici, pour ​​la longue ligne droite. Négociez mal ces deux virages et vous allez avoir des pilotes dans votre sillage et qui vous laissent sur place dans la ligne droite.

A la fin de la ligne droite, vous êtes à nouveau fort sur les freins pour le virage #5 , un virage à droite assez lent , mais vous êtes alors dans mon virage préféré de tout le circuit .

Le virage #6 est un long, long gauche qui est incroyable . Vous devez être complètement concentré en Moto2 ici , parce que vous avez la manette des gaz à fond et la roue arrière tourne et glisse tout au long de la courbe.

Ensuite, vous êtes à nouveau fort sur les freins pour le virage #7, un virage à droite serré, qui débouche dans le virage huit . Vous êtes en accélération tout au long du virage #8 avant de revenir sur les freins pour le virage #9 à gauche . A la sortie du virage neuf,  vous balancez la droite pour le virage #10 , qui est plus d’un coude d’un virage , puis vous avez un gauche #11 assez long, où la moto est sur ​​le côté du pneu pour un temps assez long .

La combinaison des virages 12 , 13 et 14 est également essentielle pour un bon chrono . Les trois virages sont assez techniques, mais vous avez besoin de faire une bonne sortie du #14 pour vous assurer d’avoir de la vitesse sur la ligne droite de départ-arrivée . Se tromper là pendant la course et, encore une fois , les pilotes dans votre sillage vous passeront à l’aspiration pendant la descente jusqu’au virage #1.

La ligne d’arrivée est assez proche de la sortie du virage #14 , donc on pourrait voir des « exploits dans ces trois derniers virages durant le  dernier tour de la course ! »

Après toutes ces déclarations, nous en avons déjà l’eau à la bouche, d’autant que les courbes rapides sont traditionnellement le terrain de jeu favori des Yamaha; peut-être de quoi relancer un peu le championnat…

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Rejoignez-nous sur Twitter

 

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de