Niklas Ajo, au nom du père…



Être le fils d’un des personnages les plus influents du paddock constitue une chance, mais peut également se révéler très lourd à porter. Débutant sa carrière en 2010, Niklas Ajo s’est plus régulièrement fait remarquer par ses sorties de piste ou ses coups de sang que par les temps qu’il a pu réaliser. En ce vendredi du GP de Catalogne, le Finlandais de 19 ans a gouté à une nouvelle expérience, celle de voir son nom figurer à la première ligne du classement. Une performance qui intervient 2 semaines après avoir réalisé le meilleur résultat de sa carrière avec la 5ème place en Italie. Désormais à égalité de points avec son coéquipier Danny Kent, Niklas semble prendre une nouvelle dimension dans le peloton de la Moto3, comme en atteste ses 3 top 10 obtenus lors des 4 dernières courses.

C’est seulement 2 bonnes heures après la fin de la séance qu’il avait dominé que Niklas a retrouvé son père, en notre présence. Aki Ajo, le responsable des équipes KTM et Husqvarna officielles a félicité son rejeton et lui a immédiatement intimé l’ordre de ne pas parader, avant d’enchainer en finnois sur un discours qui paraissait très musclé. Si, indéniablement, Niklas peut jouir d’un très bon matériel, son papa ne semble pas disposer à lui faire le moindre cadeau, bien conscient que le paddock n’aime pas trop les « fils de ».

GP-Inside : Niklas, c’est la première fois que vous terminez premier d’une séance d’essais, ça fait quel effet ?

Niklas Ajo : « C’est très agréable mais il faut garder à l’esprit qu’il ne s’agissait que d’essais libres. La qualification ce sera pour demain et la course seulement pour dimanche, donc on doit rester calme. Cela dit, c’est toujours agréable d’être là où tout le monde a envie d’être. Demain, l’adhérence de la piste sera meilleure et il faut s’attendre à ce que tout le monde progresse au niveau des chronos, on verra à ce moment-là si on peut garder cette place ».

GP-Inside : Depuis quelques courses, on vous voit progresser sensiblement, est-ce le sentiment que vous avez aussi ?

Niklas Ajo : «Depuis l’Argentine, on a fait beaucoup de progrès et on a roulé quasiment tout le temps dans le groupe de tête. On a parfois eu des soucis avec la vitesse de pointe et cela m’a obligé à trouver des solutions pour gagner du temps dans les virages, à repousser les limites pour obtenir des résultats intéressants. Au final, « grâce » à ça, j’ai le sentiment d’avoir beaucoup progressé. Maintenant, il faut rester calme et continuer de travailler comme nous le faisons actuellement pour poursuivre notre progression ».

GP-Inside : La séance d’essais que vous avez fait le mardi suivant le GP d’Italie au Mugello vous a aidé à progresser ?

Niklas Ajo : «Oui, on a essayé des réglages assez différents mais finalement nous sommes revenus à ceux que nous avions utilisés pour la course. On a aussi testé l’aérodynamique de la moto pour améliorer la vitesse de pointe. Nous avons vu des solutions plutôt concluantes et j’espère que nous aurons de nouvelles pièces le plus tôt possible ».

GP-Inside : Y-a-t-il des différences entre l’aérodynamique de la KTM et celle de la Husqvarna que vous utilisez ?

Niklas Ajo : «Non, pour être honnête je pense que les 2 machines sont très similaires dans ce domaine. De toute façon, nous travaillons tous ensemble, tout ce qui fait progresser notre moto est partagé avec le reste de l’équipe ».

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Rejoignez-nous sur Twitter

 

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Dans cet article

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de