Assen, Moto2, Course : Et West émergea des flots…



Le Grand-Prix des Pays-Bas restera incontestablement comme un des temps forts de la saison 2014. La victoire d’Anthony West symbolise à elle seule le scenario totalement imprévisible de cette 8ème épreuve de la saison. Marquée par une averse de grêle alors que les concurrents étaient sur la grille de départ, un nombre de chutes très élevé, et un vainqueur inattendu, la course a également occasionné un resserrement des positions au championnat.

La pluie, qui avait épargné les concurrents de la catégorie Moto3, survenait au moment où les pilotes de la catégorie Moto2 quittaient leur garage pour aller s’installer sur la grille de départ. Sur une piste  qui commençait à devenir glissante, Esteve Rabat chutait et revenait au stand. C’est alors que s’abattît une averse de grêle aussi soudaine que salvatrice pour le leader du championnat. Face aux éléments déchainés, la direction de course n’avait d’autre solution que de reporter le départ, laissant à l’équipe Marc VDS le temps de remettre la Kalex de Rabat en état.

Lorsque, quelques minutes plus tard, la voie des stands ouvre de nouveau pour permettre aux concurrents de rejoindre la grille de départ, le soleil brille… Certains, et non des moindres, vont y voir une possibilité de « faire un coup » en choisissant une monte pneumatique osée. Torres ou Cortese prennent le pari de partir en pneus slicks avant et arrière. D’autres, plus mesurés, optent pour un pneu pluie à l’avant avec un slick à l’arrière. C’est notamment le cas de Louis Rossi, 22ème sur la grille et qui voit dans cette stratégie la possibilité de revivre un certain GP de France 2012… Plus étonnant, Dominique Aegerter, 2ème sur la grille, prend le même risque !

Au grand damne de ceux qui apprécient le panache, le ciel bleu cède de nouveau la place à la pluie durant les premières minutes de courses. Tous ceux qui ont pris le risque, comprennent à cet instant que le pari est perdu. Aegerter tentera de résister avant de repasser lui aussi aux stands pour chausser des pneus pluie.

Sam Lowes, parti de la première ligne, bataille avec Simone Corsi pour la 1ère place, sous le regard de Mattia Pasini. Mais l’italien part rapidement à la faute, et nombreux sont ceux qui vont suivre pour ajouter leur nom à la liste des chutes. Cardus, Shah et Axel Pons rejoignent Pasini au rang des abandons. Mis en garde par sa chute sans conséquence, Esteve rabat a pris le parti de suivre son plus proche rival au championnat, Mika Kallio. Les 2 pilotes de l’équipe Marc VDS sont à la lutte avec Johann Zarco mais le Français commet une petite erreur qui l’oblige à revenir en piste à la 14ème place.

Parti 23ème sur la grille, Anthony West est déjà revenu en 3ème position. La question est alors de savoir si l’Australien pourra revenir sur Corsi et Lowes quand le champion du monde Supersport tombe à 2 reprises en l’espace d’un tour. Simone Corsi se retrouve alors crédité de plus de 10’’ d’avance. On pense alors que l’heure du pilote italien est venue. Lui qui ne s’est jamais imposé en Moto2 n’a plus qu’à gérer pour faire raisonner son hymne national. 3 tours plus tard, la Kalex de l’équipe Forward est à terre.

Anthony West est promu leader, il devance Julian Simon et Maverick Vinales. 3 tours encore et cette fois c’est Julian Simon qui s’en va visiter les abords du circuit, l’espagnol passe de la seconde à 6ème place. Il terminera 7ème.

Pendant ce temps, la piste s’assèche de nouveau et le rythme de Zarco repart de plus bel. Krummenacher, Morbidelli, Rea cèdent face au Français, Rabat lui-même, Luthi et De Angelis subiront le même sort.

Le déclin de son plus proche poursuivant n’offre pourtant pas un répit à West car Maverick Vinales revient fort, et le champion du monde Moto3 ramène dans sa roue son coéquipier Luis Salom, ainsi que Mika Kallio. Sentant l’exploit à sa portée, Luis Salom s’enhardit et va même jusqu’à toucher son coéquipier pour s’emparer de la 2ème position. Le temps de s’excuser auprès de son partenaire, le Majorquin succombe à la réplique de Vinales avant de commettre l’irréparable et de chuter à son tour.

Faisant les comptes, Kallio constate que Zarco, désormais 4ème, est trop loin pour le menacer à la régulière. Le Finlandais met la pression sur Vinales. Un succès ou même une 2ème place lui permettrait de revenir à portée de Rabat au niveau du championnat. Car pendant ce temps, Tito Rabat n’occupe que la 8ème place et les 34 points d’avance dont ils disposent pourraient se réduire de plus de moitié.

Profitant d’une trajectoire un peu trop large de West à 2 tours de l’arrivée, Maverick Vinales accroit la pression sur le leader. Le pilote de l’équipe Pons va effectuer les derniers kilomètres de course en guettant une nouvelle approximation de son rival. Mais Anthony West ne craquera pas. L’Australien, à 32 ans, obtient le 2ème succès de sa carrière, 11 ans après sa première levée, ici-même à Assen.

Vinales finit 2ème et surtout rient à 48 points de Rabat au classement général. En terminant 3ème, Kallio manque le coche. Non seulement il ne réduit son déficit sur Rabat qu’à26 points, mais le Finlandais est désormais dans le collimateur de Vinales, 3ème du championnat, avec 22 points de retard.

7 secondes après le vainqueur, Johann Zarco franchit à son tour la ligne d’arrivée. Après son podium en Catalogne, cette 4ème place Néerlandaise permet au Français de faire son entrée dans le top 10.

 

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Rejoignez-nous sur Twitter

 

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Dans cet article

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de