Lin Jarvis et Yamaha pourraient abandonner le MotoGP



L’introduction des CRT a pour but de sortir le MotoGP de l’impasse dans laquelle la crise économique l’a plongé. Mais comme d’accoutumée, cette nouvelle orientation ne pouvait pas plaire à tout le monde.

Parmi les voix qui s’élèvent contre cette mesure, il y a bien entendu celle des constructeurs. Leur implication dans ce championnat est pour eux, non seulement une vitrine mais également un laboratoire géant où les avancées technologiques reçoivent le « label » MotoGP, avant d’être intégrée sur la moto de monsieur tout le monde. 

Lin Jarvis, le Team Manager de Yamaha, est de cet avis et pour lui, s’il faut agir, il ne faut pas le faire dans la précipitation. Il faudrait surtout éviter de couper dans la raison majeure qui justifie la présence des ces constructeurs en MotoGP.

Lin Jarvis : « Nous voulons aussi voir le spectacle s’améliorer, donc il y a plusieurs problèmes que nous devons traiter et le plus important, c’est la quantité de motos sur la grille.

Nous vivons actuellement la plus grande récession économique depuis les années 30, les choses ont changé au cours des dernières années et nous devons être ouverts et penser aux changements intelligents que nous pourrions faire. Mais nous n’avons pas besoin d’une réaction dans l’urgence, mais une réaction importante et réfléchie pour créer un avenir meilleur.

Un équilibre délicat doit être maintenu parce que si vous enlevez le besoin ou la liberté d’évolution technique, vous coupez dans une des raisons très importantes qui motivent les constructeurs à être présents dans ce championnat.

Le MotoGP est utilisé pour former des ingénieurs et les pousser à apporter de nouvelles idées que, commercialement, nous pouvons utiliser par la suite. Si vous enlevez cette occasion d’apprendre et de développer, alors vous éliminez l’une des raisons les plus importantes pour lesquelles nous sommes ici et c’est dangereux.

L’électronique est dominante aujourd’hui dans le développement des véhicules modernes et je pense que ça doit continuer à être ainsi« .

Si Lin Jarvis ne condamne pas textuellement le CRT, il semble par contre se positionner à contre courant de Carmelo Ezpeleta et de son discours musclé vis à vis des constructeurs. Si on lit entre les lignes, on peut comprendre son discours comme ceci : « Coupez dans l’électronique et la recherche et vous roulerez sans nous ».

Mais vu que Carmelo Ezpeleta semble ne plus se soucier de l’avis des constructeurs (lire ici), c’est peut-être en vain que Lin Jarvis met en garde la Dorna.

Stay tuned!

 

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires