Honda ressort le fameux frein arrière au pouce inauguré par Mick Doohan.

Takeo Yokoyama, Brno, 17 juillet 2014, à la fin des tests privés du HRC à Brno :  » Pas de changement majeur, juste de petits développements concernant des réglages et des pièces, parmi lesquelles une commande de frein arrière utilisable avec le pouce. »

Profitons de l’actualité plutôt légère en cette trêve estivale (hormis Mercato) pour faire le point sur le sujet.

 

 

Tout d’abord, paradoxalement, pourquoi un frein arrière? Tout simplement, parce que c’est obligatoire : «  Les motocycles doivent être équipés d’un frein au moins sur chaque roue fonctionnant séparément. »

A quoi sert le frein arrière? Au-delà de sa première fonction de ralentir la moto, quasiment inefficace en MotoGP à cause de l’incroyable transfert de charge durant les freinages (la roue arrière est souvent en l’air, où à la limite de l’être), il engendre deux effets.
Le premier est théorique; il assoie l’arrière de la moto, permettant un freinage un peu plus important sur l’avant, avant le décollement de la roue arrière. En pratique, il faut freiner du frein arrière une fraction de seconde avant d’utiliser les freins avant, mais les freinages sont tellement violents que cet effet n’est qu’assez peu utilisé en MotoGP.
Second effet, lors des freinages en entrée de courbe, il resserre la trajectoire. C’est sa principale fonction en MotoGP. Enfin, il est parfois utilisé en sortie de courbe, conjointement à l’accélérateur. 

Pourquoi un frein arrière au guidon? Justement, à cause de son utilisation en entrée de courbe et en courbe (à droite). La moto est alors très inclinée (jusqu’à 60°) et il n’y a plus assez de place pour que le pied droit du pilote puisse bouger pour appuyer sur la pédale de frein. Mettre un frein arrière au guidon (utilisé avec le pouce) pourrait permettre de mieux le gérer lors des courbes à droite.

Est-ce une première? Non. A notre connaissance, le frein arrière au guidon a été implanté sur la Honda NSR500 de Mick Doohan après son accident à Assen en 1992; sa cheville droite était alors bien trop endommagée pour lui permettre d’utiliser le frein au pied. Depuis, il y a eu, au moins, Régis Laconi, Niccolo Canepa (Ducati) en 2008, et Andrea Dovizio (Honda) en 2010, et sans doute d’autres…
Jusqu’à présent, force est de constater que cela n’a jamais fait l’unanimité… 

Cela va-t-il être utilisé par Marc Marquez et Dani Pedrosa en course? Apparemment, non. Du moins, pas dans un avenir proche.

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Rejoignez-nous sur Twitter

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de