Indianapolis, du passé à nos jours: le Qatar n'a rien inventé…



Pour ceux que cela intéresse, et qui disposent de temps et d’un bon écran, voici un « petit » historique du circuit d’Indianapolis et des conditions dans lesquelles il a été créé.

Avant 1908, toutes les courses (principalement de voitures) se déroulent sur les « routes », c’est à dire sur des chemins en terre battue utilisés d’abord par les chevaux.
La terre battue n’étant pas très adhérente, les pilotes se plaignent des conditions de sécurité et les accidents sont souvent mortels.

En 1904, William K. Vanderbilt, un jeune home de 26 ans, organise la première Vanderbilt Cup, sur un tracé de 30 miles parcourant Long Island. 
Pour les raisons évoquées plus haut, la course sera surnommée « race to death »…

Néanmoins, l’épreuve est suffisamment un succès pour qu’en 1908, il fasse cimenter 10 miles d’une route en terre à New York (Long Island) pour y améliorer la sécurité.
Aucun accident n’est à déplorer et ce que l’on nomme la « Long Island Motor Parkway » est considérée comme la première route spécifiquement destinée aux automobiles.
Cette portion est étendue progressivement à 45 miles et, pour récupérer son investissement de 6 millions de dollars, Vanderbilt instaure un péage de 2 dollars qui ne suffira toutefois pas à le sauver de la faillite.

Toutefois, l’expérience est attentivement suivie du côté de Detroit, capitale de l’automobile américaine, où l’on cimente le premier mile de la Woodward Avenue en 1909.

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Dans cet article

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de