Brno, Moto3, course : Alexis Masbou s'impose au terme d'une course de folie !



Le ciel gris clair semble épargner les pilotes du souci de la pluie quand ceux-ci s’alignent sur la grille de départ au milieu des vertes collines tchèques. Avec une température de seulement 16° et une piste à 23°, les conditions d’adhérence ne sont pas idéales mais tout le monde est logé à la même enseigne.

Cette grille est un peu inhabituelle , avec l’absence de Romano Fenati dans les premiers rangs (qui, de plus, a connu de gros soucis techniques lors du warm up) et la présence en première ligne de Niccolo Antonelli, en pleine progression.

A l’extinction des feux rouges, c’est Isaac Vinales qui prend le meilleur sur Alex Marquez suivi, au bout de deux virages, par les deux pilotes Gresini, le jeune Enea Bastianini revenant sur son coéquipier Niccolo Antonelli.

A la fin du premier tour, la course est dirigée Alex Marquez, Enea Bastianini et Jack Miller.

Lors du second tour Jorge Navarro et John Mc Phee s’accrochent et chutent au virage #3. On voit le pilote espagnol se tenir la cheville gauche.
Les deux Honda Estrella Galicia encadrent maintenant la KTM de Bastianini, le tout sous les yeux de Miller, Vasquez et Masbou. Le groupe de tête est alors encore constitué de… 25 pilotes!

Et, contrairement à d’habitude, la foire d’empoigne commence dès le quatrième tour, sous l’impulsion du benjamin du plateau, Enea Bastianini, qui n’entend pas attendre les derniers tours pour se frotter à ses aînés… 

Au sixième tour, dirigeant maintenant un groupe réduit à 17 pilotes, Alexis Masbou prend la tête de la course, devant Alex Marquez, Brad Binder et Jack Miller.

Le pilote français impose un bon rythme et le peloton commence à s’allonger, avec parfois même quelques petites cassures derrière Brad Binder qui le suit comme son ombre. Une ombre tellement proche qu’elle vient au contact du Français à mi-course, permettant au peloton de revenir et de redistribuer les cartes. Peu après, on assiste à un nouveau contact du Sud-Africain sur le Français (le troisième pour Binder!), ce dernier étant provoqué initialement par Bastianini. Quoi qu’il en soit Alexis Masbou entend s’imposer comme le patron de cette course et reprend la tête peu après. Le rythme en 2.09 est assez lent car tout le monde se gêne.

Le groupe de tête est à la fois original et hétéroclite puisqu’on y trouve des « valeurs sûres » comme Alex Marquez, Alex Rins, Jack Miller et Romano Fenati, des hommes d’expérience comme Alexis Masbou et Miguel Oliveira, et de jeunes espoirs, comme Brad Binder, Enea Bastianini et Francesco Bagnaia; le mélange est explosif, tout le monde se tassant gentiment à chaque virage, et personne ne peut prédire qui en tirera les meilleurs cartes dans le dernier tour.

Gabriel Rodrigo chute à 8 tours du drapeau à damiers suivi, 3 tours, plus tard, par Luca Grundwald.

A 5 tours de la ligne d’arrivée, Francesco Bagnaia commet une erreur et décroche du peloton dont la direction change sans cesse entre Alexis Masbou , les deux Honda Monlau et Enea Bastianini.

A trois tours de la fin de course, Jack Miller commence à pointer le bout de son nez au milieu de ce petit monde et prend même le commandement un tour plus tard. Le groupe de tête comprend encore une quinzaine de pilotes et les attaques à chaque virage rendent impossible tout pronostic. Alexis Masbou est victime de la combativité du groupe et rétrograde alors jusqu’à la 9ème position.

A l’entame du dernier tour, Alex Rins passe en tête et croit avoir gagné alors qu’il reste encore un tour; il se relève pour saluer et s’en est fini pour lui.

Très motivé, Alexis Masbou remonte 3ème dans une action déterminée mais très correcte sur Bastianini.

En tête, Jack Miller et Alex Marquez semblent encore à portée du Français, d’autant qu’Alexis Masbou sort mieux de l’antépénultième courbe et s’impose à Miller alors en tête, au freinage suivant; une position qu’il parviendra à conserver dans la dernière courbe, en véritable patron de cette course. A l’inverse, Jack Miller se fait finalement déborder par le trio Bastianini, Kent, Marquez juste avant la ligne d’arrivée!

La Marseillaise retentit donc en République Tchèque, pour la première victoire du pilote français en 133 Grand Prix.

Jules Danilo termine 18ème, à seulement 14 secondes de la victoire, confirmant ainsi ses récents progrès.

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Rejoignez-nous sur Twitter

 

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Dans cet article

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de