Le point sur la TransFiormers de Christian Boudinot.



Eclipsée par la magnifique victoire d’Alexis Masbou en Moto3, le moins que l’on puisse dire est que la prestation de la TransFiormers de Christian Boudinot au Grand Prix de Brno n’a malheureusement pas marqué les esprits!

Et pour cause; bien que qualifié 23ème en 2.03.824, soit une seconde plus vite que la 30ème place de l’année dernière en 2’04.873, Lucas Mahias a malheureusement chuté lors du premier tour de la course, puis s’est fait percuté par Baldassarri avant de tenir à repartir, malgré un bon mal de tête et une moto en mauvais état, pour finir 31ème. 

Evidemment, après tant d’efforts fournis pour participer à ce Grand Prix, c’est une énorme déception pour la petite équipe française, mais ce serait mal connaître Christian Boudinot que de penser qu’il puisse rester sur ce relatif échec.

A peine rentré en France, ce dernier a souhaité tenir informés les internautes qui l’avaient aidé, pour leur expliquer ce qui c’était passé et ce qui allait se passer.

Comme on l’a vu, la TransFiormers a donc progressé depuis l’année dernière et elle aurait sans doute pu se qualifier encore un petit peu mieux, selon les dires de son pilote qui sentait avoir une petite marge dans certains virages. Plus à l’aise avec les pneus du championnat de France qu’avec les pneus du mondial, spécialement quand ils sont neufs, Lucas Mahias avait donc demandé de roder les pneus de course lors du warm up. Finalement, pour une raison ou une autre, cela n’a pas été fait, et le pilote français s’est fait piéger dès le quatrième virage de la course en essayant de gagner quelques places en début de course.

Ce qui est fait est fait, et il faut maintenant préparer l’avenir, tout en tirant les leçons du passé; « c’est la course »!

Aujourd’hui, l’espoir d’une nouvelle wild card  pour cette saison est assez mince; il ne reste que 3 Grand Prix avant la tournée asiatique, ce qui ne laisse guère de chances d’obtenir à la fois une place et les fonds nécessaires. Quand au Grand Prix de Valence, les wild cards y sont généralement attribuées à des pilotes espagnols, ce qui semble tout à fait normal.

Sans complètement exclure une nouvelle participation cette année, Christian Boudinot pense donc déjà plutôt à l’année prochaine et, n’ayant pas les moyens de faire une saison complète, aimerait pouvoir faire une demi-douzaine de wild cards en Europe.
Il s’agit en effet de la solution la moins onéreuse au niveau des déplacements, et qui, de plus, n’étant pas soumise aux restrictions concernant les pilotes officiels, offre l’avantage de pouvoir aller s’entraîner sur les circuits du mondial, pour les apprendre et pour régler la moto.

Comme on le voit, Christian Boudinot est loin de baisser les bras et il tiendra nos lecteurs informés de l’évolution de son projet. 

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Rejoignez-nous sur Twitter

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Dans cet article

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de