Le point sur les moteurs MotoGP : Iannone et Lorenzo, aux deux extrêmes.



Inscrits en tant que Factory, mais avec les avantages de la classe Open, les hommes de Ducati mettent cette année à profit pour développer leur moteur actuel et préparer celui qui arrivera l’année prochaine.

Le règlement leur autorise 12 moteurs par pilote et le pilote désigné pour tester les évolutions s’appelle Andrea Iannone.

 Il n’est donc pas étonnant de retrouver ce dernier, après le Grand Prix de Brno, tout en haut de la liste des plus gros consommateurs de moteurs, avec pas moins de 10 unités utilisées (dont 7 déjà retirées de l’allocation), ce qui ne lui en laisse que 2 neufs (plus 3 déjà utilisés) pour faire les 7 Grand Prix qui restent.

Mais Gigi Dall’Igna a été clair en disant que si le prix à payer pour ce développement était qu’Andrea Iannone parte de la Pit-Lane (sanction pour dépassement du nombre de moteurs), il n’hésiterait pas une seule seconde…

A peine moins dispendieux que l’Italien, vient Colin Edwards, et là, c’est une surprise puisque le Texan est/était équipé du très fiable moteur Yamaha.
Le célèbre #5 a commencé l’année avec des châssis Yamaha, comme son coéquipier, puis est passé aux châssis « FTR » à partir du Mugello. Cependant, l’hypothèse comme quoi le team NGM Forward disposerait de 6 partie-cycles (4 Yamaha + 2 « FTR »), toutes équipées de leur moteur Yamaha, est fausse. 
La réalité est que l’Américain a utilisé cette année un certain nombre de moteurs ayant déjà servi l’année dernière, sans y noter pour autant le moindre déficit de puissance.  

L’autre surprise vient des Honda Open. Pourtant moins puissantes que leurs cousines Factory, elles sont visiblement moins fiables, avec une moyenne de 7 moteurs déjà utilisés.
On se rappelle que les motos avaient été vendues avec un package comprenant 3 moteurs et deux révisions, le tout devant permettre de faire la saison. C’est déjà largement dépassé et le coupable n’est sans doute pas à chercher bien loin des classiques ressorts de soupapes…

En catégorie Factory, pas de gros soucis à se faire; tout le monde semble en mesure de pouvoir terminer la saison, même si Alvaro Bautista est dans la position la moins confortable à cet égard.

A l’inverse, Jorge Lorenzo peut recevoir le prix du pilote le plus économe, avec seulement 3 moteurs utilisés depuis le début de la saison, et ce n’est sans doute pas sa course tronquée au Qatar qui peut tout expliquer à elle seule.

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Dans cet article

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de