Cal Crutchlow : « je n'ai aucune inquiétude quant à mes capacités »



Lorsqu’il était pilote chez Tech3, Cal Crutchlow s’était fort logiquement mis en tête de devenir pilote factory.

L’horizon étant bouché chez Yamaha, il décidait de répondre aux sirènes de Borgo Panigale en signant un contrat de deux ans mais auquel il pouvait mettre fin au terme de la saison 2014.

Et, lassé par une moto qui ne lui convenait en rien, c’est ce que le Britannique décidait de faire pour s’engager avec LCR sur la Honda RC213V de Stefan Bradl.

C’est donc avec impatience qu’on espère le retrouver aux avant-postes mais même s’il fait du podium son objectif, le futur pilote Honda tient malgré tout à tempérer les ardeurs de ses fans.

« En tant que pilote d’écurie satellite, vous n’êtes jamais traité comme si vous étiez pilote d’usine sur une moto full usine, mais vous pouvez en être proches. Ma moto de chez Tech3 était proche assez que pour viser le podium. Je me réjouis en pensant que je devrais probablement de nouveau me retrouver à la lutte pour le podium. Cependant, je crois ça prendra un certain temps de m’adapter à la Honda car ce n’est pas du tout une moto facile à piloter.

Tout le monde pense qu’il suffit de sauter sur la Honda pour gagner. Ça ne se passe pas du tout comme ça. Mais je pense qu’il n’y a pas de raison que nous ne soyons pas en mesure de nous battre à nouveau pour être premier pilote satellite. Ça doit être notre objectif premier et ensuite, nous penserons à nous battre devant le plus souvent possible ».

Auteur d’une saison totalement anonyme et émaillée par de nombreux problèmes techniques, Crutchlow devra également retrouver le rythme.

En effet, on se souvient que l’année de son retour chez Yamaha, Valentino Rossi avait également eu un peu de mal à retrouver son niveau sur la M1.

Toutefois, de ce côté, Crutchlow ne craint rien et se montre convaincu de sa capacité à rebondir.

« En 2011, si quelqu’un m’avait offert la chance de retourner en Superbike au milieu de l’année je l’aurais acceptée tellement c’était mauvais. Et l’année suivante, je terminais quatrième derrière trois pilotes d’usine lors de la première course au Qatar. Ça pourrait se produire à nouveau l’année prochaine. Je ne vois pas les choses en me disant que comme je suis lent cette saison, la prochaine risque d’être compliquée.

Je n’ai aucune inquiétude quant à mes capacités. Je sais que je peux être rapide. L’année dernière, j’ai eu une moto qui n’était pas supérieure aux autres mais c’était quand même très, très bon. J’étais en mesure de rivaliser avec les pilotes d’usine et je ne pense pas qu’il y ait eu une course où j’ai vraiment eu du mal. J’ai l’intention de le faire à nouveau l’année prochaine. Mais une chose est certaine, les quatre premiers de cette année seront toujours en lice pour les quatre premières places l’année prochaine ».

Stay tuned!

Rejoignez-nous sur Facebook

Photo : Lionel Nolette

Source : crashnet.com

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Dans cet article

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de