Le coup de semonce de Johann Zarco



9ème du championnat Moto2 avec un total de 59 points, Johann Zarco est loin des objectifs qu’il s’était fixés au moment de signer avec l’équipe Caterham en Moto2. Alors que son employeur a encore un mois pour faire jouer – ou non – l’option prévue dans le contrat pour conserver les services du Français pour la saison 2015, Zarco et son entourage ont fait savoir à Johan Stigefelt qu’ils souhaitaient rouler l’an prochain sur une Kalex et rien d’autre…. Coup de colère ou exigence formulée à un moment bien choisi ?

Johann Zarco pourrait bien, dans les prochaines heures, ou du moins dans les prochains jours, avoir un virage décisif à négocier pour la suite de sa carrière. Le contexte est loin d’être facile pour le Français. Crédité de résultats décevants en 2014, il n’a jamais véritablement réussi à trouver le bon rythme depuis le début de la saison. Un podium en Catalogne avait donné l’espoir à ses supporters que l’homme et son équipe avaient enfin trouvé leurs marques, mais très vite, les épreuves suivantes ont vu les résultats rechuter.

Lucide, Johann Zarco sait qu’une partie de ces résultats décevants lui incombe, de par ses quelques erreurs commises en course. Le meilleur exemple reste le GP des Amériques où le Français a harponné un de ses rivaux en début de course. Pour autant, il ne faut pas oublier la difficulté majeure à laquelle le vice-champion du monde 125 est confronté. L’équipe Caterham faisant son arrivée en Grand-Prix cette année, et exploitant une Suter avec des suspensions WP, elle ne bénéficie d’aucune donnée préexistante. Autrement dit, à chaque début de week-end, Gary Reinders, le responsable technique de l’équipe, part d’une feuille blanche pour les réglages des machines. Parfois, l’intuition est bonne, parfois elle l’est moins. Et dans ces cas-là, pendant que ses rivaux partent à la chasse au chrono, Zarco lui, est obligé de tâtonner.

La comparaison la plus évidente à faire concerne l’équipe CarXpert, où séjourne Dominique Aegerter qui roule lui aussi avec une Suter. Durant l’hiver, les hommes de Fred Corminboeuf ont également décidé de passer aux suspensions WP. Mais l’équipe est l’une des plus expérimentées de la catégorie Moto2, et quand bien même l’an passé Aegerter roulait avec des suspensions Ohlins, Gilles Bigot, son chef-mécanicien, connaît le Suisse sur le bout des doigts et parvient plus rapidement à mettre la machine en adéquation avec les goûts de son pilote qu’on arrive à le faire chez Caterham. Aucun jugement de valeur dans ces mots, simplement un passé commun de 8 ans pour le duo Aegerter/CarXpert, et de quelques mois pour l’association Zarco/Caterham. Le résultat, c’est la 4ème place au championnat de Dominique Aegerter qui compte plus du double de points comparé au Français.

Ajoutez à cela un peu de malchance, toujours présente lorsqu’un pilote est en difficulté, et vous obtenez – lâchons le mot – une saison ratée. Cette malchance, ce sont des pneus arrière qui ne donnent pas le rendement attendu, une évolution météo inverse à celle que l’on attendait et donc des réglages en course qui ne laissent aucune chance de s’exprimer au pilote. En termes sportifs, on appelle ça une « spirale négative » mais pour un athlète, et pour ceux qui œuvrent à ses côtés, c’est tout simplement un cauchemar éveillé.

Depuis la trêve, Zarco attend de savoir ce que son team-manager, Johan Stigefelt, a l’intention de faire le concernant. Le contrat avec Caterham prévoit une option que l’employeur peut faire jouer pour conserver le Français une année de plus. Il a jusqu’au 1er octobre pour faire jouer cette option. Mais en toute logique, ce délai est gênant pour Zarco car chaque semaine passant, les accords se signent et les autres possibilités en Moto2 se font de plus en plus rares. Le nom de Zarco est également mentionné pour certaines pistes en catégorie reine, notamment pour la 2ème Ducati chez Pramac. Attendre un mois pour savoir, dans ce contexte, devient difficilement supportable.

La piste Pramac est loin d’être privilégiée par Johann Zarco. Contrarié par ses résultats, le Français voudrait faire son arrivée en catégorie reine en ayant « gagner ses galons » en Moto2. Il n’a pas le sentiment d’y être parvenu, et honnêtement, sur ce point, on ne peut que partager son avis. Mais l’opportunité se présentera-t-elle de nouveau ? Ce genre de choix est toujours un véritable dilemme pour un pilote, Zarco n’y fait pas exception. Sans compter qu’il se dit parfois dans le paddock que l’avenir de Caterham, suite à la vente de l’équipe de Formule 1, ne serait pas assuré. A ce sujet, Johan Stigefelt a répondu à nos questions par des propos rassurants. Le doute persiste, entretenu, entre autres, par ceux qui verraient bien Zarco dans leur effectif…

Mais quitte à différer le passage en MotoGP, et donc à rester en Moto2, il lui faut désormais la machine qui fait office d’étalon : la Kalex. En pressant Caterham de changer de monture, on peut penser que Johann Zarco, Laurent Fellon, son manager, et Michel Rey, qui veille aux intérêts du Français, cherchent avant tout à sonder la motivation de Stigefelt pour conserver le tricolore dans ses rangs. Car, quand bien même Caterham changerait son fusil d’épaule et utiliserait des Kalex l’an prochain, il s’agirait de nouveau d’une saison de ‘découverte’. Autant pour le pilote que pour la structure Malaisienne.

Pour Zarco, l’option la plus intéressante serait logiquement d’intégrer une équipe qui a déjà l’expérience de la Kalex.  Forcément, tous ceux qui connaissent le passé du Français repensent à « l’affaire Marc VDS » qui l’avait vu reculer juste avant de s’engager avec l’équipe belge. En dépit de ce malentendu, les ponts ne sont pas rompus… Sans compter que le profil du tricolore pourrait intéresser d’autres équipes. Mais il faut pour cela savoir si Caterham fera jouer son option ou pas. Finalement, c’est à se demander quelle partie a véritablement envie de poursuivre avec l’autre…

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Rejoignez-nous sur Twitter

 

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Dans cet article

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de

Facebook

Nouvelles Applications

Disponible sur Google Play
Disponible sur Apple App Store