Rookies Cup, Silverstone : Jorge Martin sur son nuage !



En se rendant en République Tchèque, Jorge Martin avait vu son avance en tête du championnat diminuer. La rapidité ayant été au rendez-vous mais pas la chance, c’est regonflé à bloc que l’espagnol arrivait en terre anglaise.
C’est d’ailleurs lui qui, dès le vendredi, empochait la pole position en se battant contre le vent durant la séance qualificative. Manuel Pagliani et Toprak Razgatlioglu complétaient la première ligne alors que le premier français n’était que treizième avec Enzo Boulom. Corentin Perolari partait dix-septième, Simon Danilo vingtième et Lyvann Luchel vingt-et-unième.   

Sous un ciel menaçant, le départ de la première course est donné. Le poleman réalise un bon départ et garde suffisament de distance sur ses poursuivants pour terminer le premier tour en tête, suivi de six autres camarades dont Manzi, Mir ou encore l’Australien Simpson. On ne trouve pas de tricolore dans le groupe de tête puisque le premier français est à ce moment Corenti Perolari en treizième position alors qu’Enzo Boulom, Simon Danilo et Lyvann Luchel sont respectivement dix-huitième, dix-neuvième et vingt-et-unième.
Martin continue de dominer la course, suivi de Joan Mir, Ray et Manzi quand les gouttes de pluie et le drapeau changement d’adhérence apparaissent et que les hommes de tête lèvent la main. Le drapeau rouge est alors agité par les commissaires après cinq boucles d’une course qui en comporte quatorze.

Après quelques minutes de réflexion, la course repartira pour cinq tours en pneus slicks malgré que la course soit déclarée humide, les positions de la grille de départ étant déterminées par rapport  aux positions en piste du dernier tour complet. Soushi Mihara partira des stands après que sa moto ait calé juste à la fin du tour de chauffe. 

Le second départ est de nouveau bien négocié par le leader du championnat. Durant ces cinq tours, il doit répondre aux attaques de ses adversaires du jour que sont Manzi, Mir, Ray, Bendsneyder, Gutierrez et Pagliani, bien déterminés à accéder au podium.
Mais à la fin, c’est souvent le meilleur qui gagne… Ainsi, Mir et Manzi rejoignent Jorge Martin sur le podium. Le premier français est Corentin Perolari, douzième, alors que Simon Danilo et Enzo Boulom prennent les deux dernières places du top 15. Lyvann Luchel est dix-huitième.

 

La seconde course va confirmer la grande forme de Jorge Martin. Une fois n’est pas coutume, il réalise un bon départ et se met très vite en action. A la fin du premier tour, il dispose déjà de plus d’une seconde d’avance sur le peloton de poursuivants composé de ses compagnons de podium de la veille, Mir et Manzi, mais également de Simpson.
Derrière, Corentin Perolari et l’italien Ieraci s’accrochent et terminent dans le bac à graviers. A douze tours de la fin, un autre fait de course plus impressionnant intervient. C’est l’espagnol Gutierrez, alors dans le groupe pour la seconde place, qui touche l’herbe dans une chicane et ne peut s’empêcher de chuter lourdement en emportant avec lui le turc Toprak Razgatlioglu. 

Dans les derniers tours, la bataille se prépare pour accéder au podium et il faudra désormais compter sur sept pilotes puisque Ray, Bendsneyder, Di Giannatonnio et Pagliani ont réussi à rattraper le groupe de trois qui s’était composé. Seul Martin ne sera pas inquiété puisqu’il continue toujours la course en tête avec plus de six secondes d’avance… De quoi gérer sa fin de course.

Pagliani perd toute chance de podium en tirant tout droit dans la dernière boucle. Malgré plusieurs tentatives, Bradley Ray manque le podium de son GP national et laissera la deuxième place à Manzi et la troisième à Bendsneyder, qui confirme une première saison prometteuse. 
Simon Danilo sera le seul français à marquer des points en terminant quatorzième devant Lyvann Luchel seizième. Enzo Boulom n’a pas terminé la course après que sa moto ait rencontré un problème électrique.  

Alors qu’il ne reste plus que trois courses, Jorge Martin dispose désormais de 49 points d’avance sur Joan Mir et 65 sur Stefano Manzi qui sont donc les deux derniers pilotes à pouvoir espérer accrocher la couronne qui pourrait être attribuée dès la prochaine manche, à Misano. 

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Rejoignez-nous sur Twitter

 

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de