Johann Zarco : savourer le présent pour mieux préparer l’avenir



Malgré les tractations le concernant pour un guidon en MotoGP, le probable arrêt de Caterham en Moto2 et les recherches d’une Kalex pour 2015, Johann Zarco s’est offert la pole-position lors du Grand-Prix de Grande-Bretagne. Après avoir longtemps bataillé avec Esteve Rabat, Mika Kallio et Maverick Vinales, le Français a perdu le contact avec les 3 hommes de tête au championnat dans les derniers tours. Loin d’être déçu de sa 4ème place, Johann ne veut retenir que les éléments positifs de cette confrontation, avant de mettre le cap sur le tracé de Misano, pour négocier la manche suivante. En Italie, l’avenir pourrait également prendre une forme plus concrète pour le tricolore…

GP-Inside : Johann, que t’inspire cette 4ème place ?

Johann Zarco : « J’ai ressenti un peu de déception autour de moi mais personnellement, j’ai accepté volontiers cette 4ème place car j’ai vraiment tout donné sur la moto. J’ai vécu une belle bagarre, cela restera une bonne expérience que j’espère pouvoir rééditer mais franchement, je n’ai aucun regret. Au moment de franchir la ligne d’arrivée, j’étais peut-être un peu déçu de ne pas avoir pu arracher un podium, mais cela ne me pèse déjà plus du tout ».

 GP-Inside : Tu fais référence à cette belle bagarre, Rabat, Vinales, Kallio et toi avez offert un spectacle de très haut niveau. Est-ce que l’on en a conscience quand on est au cœur de l’action ?

Johann Zarco : « Non, sur l’instant je n’y pensais pas. Pour tout dire, il arrive que nous nous livrions à des bagarres encore plus belles mais on ne les voit à la télé que si elles concernent les premières places. Le plus important pour moi, c’est d’avoir bataillé avec les 3 premiers du championnat, je peinais un peu dans les lignes droites ce qui m’interdisait la moindre erreur et la seule fois que je me suis écarté de la bonne trajectoire à 3 tours de la fin,  je n’ai jamais pu refaire mon retard. J’ai appris des choses durant cette course et je suis pressé de me retrouver dans la même situation pour voir si j’arrive à faire encore mieux ».

GP-Inside : Parallèlement, l’activité en coulisse est très importante depuis quelques jours. Le fait d’avoir décliné la possibilité d’aller en MotoGP t’a enlevé un poids de l’esprit ?

Johann Zarco : « Sur le coup, on a hésité mais je préfère avoir une chance de remporter des courses et faire mes preuves en Moto2. Et puis surtout, à Silverstone, on a parlé avec certaines personnes qui veulent travailler avec Laurent (Fellon, le manager de Johann, NDLR) et moi. On a eu une longue conversation avec notre ingénieur en suspensions et cela nous a confortés dans notre choix. Sans oublier qu’autour de moi, j’ai des personnes qui gèrent les relations avec les team-managers, ce qui me permet de me recentrer sur ce que je dois faire. Ce week-end est arrivé au terme d’une semaine très positive, que ce soit pour la Coupe Yamaha que nous avons organisée, les roulages que j’ai fait à Alès en battant le record de la piste, je suis resté sur cet élan en débutant les essais. Maintenant que je suis revenu de Silverstone, je continue à m’entrainer pour essayer de retrouver la même situation à Misano ».

GP-Inside : Misano, c’est un circuit sur lequel tu as déjà livré de très belles bagarres également ?

Johann Zarco : « Je m’attends à souffrir davantage là-bas, mais ce serait vraiment ‘cool’ de revivre ces sensations. J’insiste sur ce mot parce que j’étais détendu au moment de la course. J’avais fait la pole, j’ai même dit sur la grille de départ que j’avais peur de louper mon départ et finalement je pars en tête ! Honnêtement, j’en ai même rigolé dans mon casque parce que je crois que c’est la première fois de ma carrière que je fais le ‘holeshot’ ! Je passe les premiers virages, et je ne vois personnes m’attaquer… Cela n’arrive pas souvent car en général, quand tu mènes, tu entends tes adversaires tout près, tu vois une roue d’un côté ou de l’autre… mais là, rien ! Cela m’a permis de piloter de manière très relâchée. C’est une sensation que j’aimerais beaucoup retrouver mais il faut tout un travail en amont pour me remettre dans la même situation de course».

GP-Inside : Te sens-tu davantage en confiance après ta prestation britannique ?

Johann Zarco : « Non pas nécessairement parce que Misano est un tracé totalement différent comparé à Silverstone. L’an dernier, je me suis battu pour la 4ème place aussi là-bas mais j’ai fini 7ème car j’ai souffert physiquement en fin de course. Je risque d’avoir plus de difficultés à Misano car il y a plus de longues accélérations, ce qui n’est pas le point fort de ma machine et si je suis à la bagarre, ce petit  déficit risque de couter cher ».

GP-Inside : Qu’en est-il des contacts avec Aki Ajo pour rejoindre son équipe en Moto2 ? C’est le projet qui te paraît le plus intéressant aujourd’hui ?

Johann Zarco : « Oui, c’est le projet qui me donne le plus envie car j’ai été vice-champion du monde avec lui. Il nous a donné son sentiment sur la catégorie et nous sommes sur la même longueur d’ondes. On travaille sur un projet pour rouler sur une Kalex dans son équipe, et c’est ce qui me paraît le plus alléchant ».

GP-Inside : Pourtant le team Ajo n’a jamais roulé en Moto2 ?

Johann Zarco : « Oui mais c’est avant tout une question de méthode, et Aki a cette méthode et cette envie de gagner. Chaque personne dans son équipe ne pense qu’à la victoire et je n’ai pas toujours le sentiment que cela soit la même chose dans d’autres équipes ».

GP-Inside : En 2011, lorsque tu roulais pour Ajo, on sentait une communion d’esprit totale… c’est aussi ce qui te manque aujourd’hui ?

Johann Zarco : « Oui mais ce que je recherche avant tout, c’est de rouler avec une base technique constante, ce qui me permettra de ne penser qu’à progresser en termes de pilotage. Cette saison, d’une séance à l’autre, il m’a fallu parfois changer de pilotage pour compenser… au bout d’un moment, on ne sait plus comment on doit s’y prendre ».

GP-Inside : En dehors d’Ajo, tu as d’autres pistes ?

Johann Zarco : « On a eu des contacts avec Italtrans car c’était la seule équipe chez qui il restait une Kalex de disponible… ».

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Rejoignez-nous sur Twitter

 

 

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Dans cet article

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de