RIP #48




Quatre ans… 

Quatre ans depuis cet horrible week-end où la faucheuse a emporté Shoya Tomizawa sur le circuit de Misano et ce drame est toujours aussi présent dans nos esprits et dans nos cœurs.

Le pilote japonais n’avait pourtant pas un très grand palmarès, juste une unique victoire au Qatar, mais il était déjà devenu la mascotte du Continental Circus, principalement par sa vaillance et sa fougue en piste, mais aussi pour son attitude gaie, ouverte et humaine dans le paddock.

Très loin de ce qu’on avait l’habitude de voir avec les autres citoyens du pays du soleil levant, et c’est sans doute ce contraste qui le rendait également tellement attachant, à l’image du contraste de son visage sur la plus haute marche du podium de Losail, déformé entre joie et épreuves subies.

Le drame a également atteint son entourage, à commencer par Alain Bronec et Gilles Bigot, qui, aujourd’hui encore, vivent avec le souvenir de Shoya, et non pas dans le souvenir, ce qui est different, mais se font un devoir de perpétuer sa mémoire.

Certains pourraient penser qu’il est temps de tourner la page, mais ce serait sans doute mal connaître la civilisation japonaise, à mille lieues de la nôtre, y compris et surtout, dans ses rapports avec la mort. La présence de sa maman sur les circuits pourrait en témoigner, s’il le fallait…

De « là-haut », nul doute que le pilote de Chiba regarde toujours le petit monde des Grand Prix et apprécie les stickers #48 disséminés ici ou là.

Tu nous manques, Shoya, mais tu es toujours bien vivant, dans notre coeur!

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Rejoignez-nous sur Twitter

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Dans cet article

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de