Alexis Masbou dans les petits papiers de Honda pour le Moto3 en 2015



De la joie la plus intense à la déception profonde, il n’y a pas grand chose, surtout lorsque l’on est pilote de Grand Prix. Dans ce cas, on évolue dans un autre espace-temps et aussi bien sur la piste que dans le paddock, le sablier s’écoule plus vite que pour le commun des mortels. Alexis Masbou a pu vérifier la conjoncture en passant de l’euphorie d’une première victoire en Grand Prix à la désillusion de voir son projet commun avec Louis Rossi d’une écurie en Moto2 rejeté par les organisateurs. Mais le phénix qui est le symbole arborant le casque du Français renaît toujours de ses cendres. Allez savoir si ce refus n’est pas un mal pour un bien…

Contacté au lendemain d’une prestation en Grande Bretagne terminée par une huitième place, le tricolore était encore partagé entre le sentiment d’une synergie positive stoppée et la perspective d’une saison 2015 dans la peau d’un favori pour le titre en Moto3. La volonté de l’Albigeois est en effet de monter en Moto2, mais il ne sait que trop qu’avant de vouloir, il faut pouvoir. Sauf à se fourvoyer et se lancer dans des plans aux airs de galères avec un environnement subi et un matériel limité.

Alors le vainqueur de Brno cette saison se fait progressivement une raison en se disant que c’est peut être finalement la bonne affaire qui se profile à l’horizon : « le refus du projet Moto2 a été difficile à encaisser, mais nous savions avec Louis que les places seraient chères » nous a-t-il avoué dans un entretien exclusif. « Maintenant, Honda me soutient totalement pour une nouvelle saison en Moto3. Ils m’ont assuré de leur total support et ils me laissent choisir l’écurie. Ils m’ont dit : « on est derrière toi, tu choisis le team ». Je prendrai une structure déjà aguerrie à la Honda. Peut être que je resterai là où je suis actuellement. »

Car les choses bougent en Moto3. D’abord, KTM a annoncé qu’il réduirait la voilure tandis que Mahindra ne semble pas prêt à gonfler ses effectifs. Honda, sur demande des concurrents, peut aller jusqu’à 12 motos, ceci dans un contexte où la marque autrichienne a annoncé qu’il ne serait plus question de fournir des écuries équipées en cadre Kalex. « Mais ça reste encore en discussion » assure Alexis. « Car personne n’a encore de visibilité sur le prochain plateau. » Y compris, d’ailleurs côté pilotes. Les deux Alex, Rins et Marquez sur le départ, il ne reste plus qu’à Honda que Masbou et Vazquez comme hommes d’expérience. Mais au fait, Vazquez ? Malgré ses 28 ans actuels ? « Oui, il semblerait que la limite d’âge, aussi, soit interprétée de manière plus large » nous dit Alexis.

Un soutien sans faille du premier constructeur mondial, un environnement choisi par le pilote, voilà des ingrédients qui sentent bon la conquête d’un titre mondial en 2015. En attendant la confirmation de tout ça, il va falloir boucler le présent exercice, et les occasions seront encore nombreuses de briller pour notre Français : « c’est très dur de faire un résultat cette année, le niveau s’est élevé. Le moindre grain de sable et vous passez du statut de vainqueur potentiel à un simple top 10. A Brno, tout était parfait et j’ai gagné. A Silverstone, j’avais un déficit à l’accélération et je n’ai pu faire mieux qui huitième. Les KTM souffrent apparemment et doivent jouer la fiabilité. Les Honda, quant à elles, progressent encore et encore. Il y aura encore des bons coups à jouer cette année. »

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Rejoignez-nous sur Twitter   

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de