Pour arriver en mondial, Jesko Raffin possède le handicap d'être Suisse…



Avec 5 victoires en 6 épreuves, et une avance de 32 points au championnat sur Florian Alt, le Suisse Jesko Raffin parait en bonne posture pour remporter le FIM CEV Repsol 2014 Moto2.

Véritable antichambre des Grand-Prix en catégorie Moto3, la catégorie intermédiaire de ce championnat international ne possède toutefois pas tout à fait le même pouvoir que celle des « petites cylindrées ». Surtout si le vainqueur est Helvétique!

Marco Rodrigo, propriétaire du GP Team Switzerland qui faisait courir Randy Krummenacher en 2011 et 2012, et gère aujourd’hui les destinées de Luis Salom et Jesko Raffin, ne se fait guère d’illusions: « Si un Espagnol gagne le championnat espagnol, il est clair qu’il passe en championnat du monde ».

Mais Jesko Raffin n’est pas Espagnol, et il y a déjà quatre pilotes suisses dans la catégorie; Tom Lüthi, Dominique Aegerter, Randy Krummenacher et Robin Mulhauser. Les principaux sponsors helvétiques sont donc déjà « accaparés » et, avec une cinquantaine de pilotes postulant pour 32 motos, il ne reste guère d’autre solution que de payer pour s’assurer une place en Moto2, même quand on court pour le team Pons.
Et, dans ces conditions, la place est chère: « C’est difficile. Pour 600  000 euros, Jesko peut y aller… »

Marco Rodrigo se rendra donc à Misano pour tenter de trouver une solution plus en adéquation avec le talent de son pilote, et envisage une Wild Card à Aragon pour démontrer son potentiel aux yeux des team managers du championnat du monde: « Nous n’abandonnons pas, mais c’est difficile. »

Source : 20 min.ch

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Rejoignez-nous sur Twitter

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de