Louis Rossi à l'affût…



Ce sera bientôt l’ouverture de la chasse en France, et Louis Rossi est déjà à l’affût. Pas de cochon sauvage ni de canard dans son viseur, seulement un guidon pour 2015. Car le temps n’est pas aux états d’âme pour Louis. A peine avait-il appris que son équipe commune avec Alexis Masbou ne verrait pas le jour pour 2015 que le Français se mettait en quête d’une solution pour rester en GP l’an prochain. Si les recherches semblent bien engagées pour Masbou, elles sont plus délicates pour le Sarthois qui n’a pas le même bilan à afficher en Moto2 cette saison.

Joint par nos services avant de prendre la direction de Misano où se déroulera, à partir de demain, la 13ème épreuve de la saison, Louis Rossi joue carte sur table : « C’est pas gagné d’avance ». Pour autant, le Français compte sur 2 pistes pour lui permettre de poursuivre sa carrière en Grand-Prix. La première, et celle qui a sa préférence, c’est un retour chez Tech3. « Je sais qu’Hervé (Poncharal, le patron de l’équipe Française, NDLR) cherche un pilote de premier plan et que je ne suis pas sur sa liste des priorités » ajoute Louis. Une option plutôt surprenante à première vue car le Français avait souffert en 2013 lors de son passage au sein de l’équipe basée à Bormes-lès-Mimosa, collectant 6 points sur l’ensemble de la saison et achevant l’exercice à une anonyme 24ème place au championnat. « C’était ma première saison en Moto2, je n’ai pas su donner les bonnes directions de travail à mon équipe, mais j’ai pris de l’expérience et je suis convaincu d’avoir beaucoup progressé depuis cette période ». En dépit de ces résultats décevants, l’entente est toujours restée bonne entre Louis Rossi et son patron de l’époque, Hervé Poncharal. On ne peut pas en dire autant de l’autre pensionnaire de l’époque, Danny Kent.

Pour le moment, il semble évident que Louis n’est pas en haut de la ‘short-list’ d’Hervé Poncharal. Et s’il le retour dans le Var ne devait pas se faire, le Sarthois a une autre piste qui le conduirait vers une italienne, le Tasca Racing. L’équipe dirigée par Giorgio Bertelli avait abrité Alexis Masbou en Moto3 en 2012, avec à ses côtés un débutant, Jack Miller. L’an passé, lorsqu’il envisageait de passer à la Moto2, Bertelli avait déjà eu quelques contacts avec Louis Rossi. Finalement, le Français avait pris la direction de SAG et Bertelli avait engagé Alex De Angelis. « Mon idée, ce serait d’aller chez Tasca, en amenant une Mistral, ils ont l’air plutôt intéressés par ce que je propose et nous avons prévu de nous voir de nouveau à Saint-Marin» explique Louis.

Etant d’ores et déjà acquis que Rossi présentera de nouveau son projet d’équipe en Moto2 pour 2016 avec des Mistral, le fait d’évoluer dès 2015 sur une de ces machines prend tout son sens. Rentré dans les points 3 fois lors des 6 dernières courses, le meilleur argument que le Français pourrait présenter est une nouvelle place dans le top 10, si possible dès ce week-end, lors du GP de Saint-Marin…

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Rejoignez-nous sur Twitter

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Dans cet article

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de