Le nouveau pari d'Aprilia jusqu'en 2018

Le constructeur Aprilia a donc décidé de partir à la conquête du MotoGP en avançant sous sa seule bannière. Celle qu’il aura préalablement planté dans le box d’un team Gresini adoubé pour être son bras armé. Un programme qui ne devait pas commencer si tôt, mais l’opportunité s’est faite jour et les hommes de Noale l’ont saisie. Une arrivée qui est en fait le retour d’un nom qui a dominé l’ère des deux temps lorsque les 125 et les 250 avaient le droit de cité en Grand Prix. Sorti par la lucarne en même temps que les règlements imposaient la valse à quatre temps, la marque italienne revient par la grande porte.

Ceci dit, elle s’est essayée à l’élite avec un trois cylindres au début de ce siècle, avant de réfléchir sur un modèle RSV4 qui a fait son bonheur en Superbike. Une moto qui a jalonné son parcours jusqu’à aujourd’hui, grâce à feue l’opportunité CRT. Tout ça pour dire que depuis son départ des Grands Prix, le satellite du groupe Piaggio n’a pas végété : cinq titres mondiaux en WSBK de 2009 à aujourd’hui, tandis qu’un dixième, celui des constructeurs, est encore envisageable avant la fin de la présente saison de la catégorie.

A ce stade, le blason transalpin pèse 52 titres mondiaux, 294 victoires, 38 titres en Grand Prix – soit 19 en tant que constructeur et autant en tant que pilote – et, donc, 45 victoires et 5 titres mondiaux en WSBK (3 en tant que constructeur et 2 en tant que pilote). A ceci on ajoutera les 9 titres mondiaux en Championnat Off Road. Mais on n’oubliera pas non plus 4 autres titres: ceux de Marco Simoncelli en Championnat 250 avec Gilera et 3 titres en Championnat mondial 125 remportés par Derbi, deux marques qui ont profité du savoir-faire d’Aprilia, comme Husqvarna jouit actuellement des compétences de KTM en Moto3. Un certain Marc Marquez s’en souvient sûrement puisque ce cas de figure lui a apporté son premier titre mondial.

Le programme d’Aprilia est promis jusqu’en 2018 et jusqu’en 2016, c’est Alvaro Bautista qui en sera le premier pilote. Son binôme est encore à désigner. Marco Melandri ne serait plus très chaud pour en être alors que Danilo Petrucci ne pense qu’à rejoindre le guidon d’une Ducati Pramac… Alors qui ?

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Rejoignez-nous sur Twitter


 

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Dans cet article

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de