Il faut toujours croire sa maman. Surtout quand il s'agit de celle de Valentino Rossi…



Misano, 14 septembre 2014, 14h45: la Honda RC213V #93 s’engouffre dans son box dans un relatif anonymat, puis la camera de Movistar nous montre un Marc Marquez  qui a perdu son sourire légendaire. Le visage est fermé et les lèvres pincées. Le journaliste l’interroge néanmoins sur la raison de sa chute et l’explication semble assez surprenante: selon les propres dires du champion du monde en titre, il suivait facilement Valentino Rossi, à tel point qu’il s’est légèrement déconcentré et a commis son erreur. Vérité ou pointe de mauvaise foi, quoi qu’il en soit, des versions plus « politiquement correctes » seront utilisées pour la presse espagnoles et  dans le communiqué de presse…

Dehors, une foule jaune criard commence à envahir le circuit dans un vacarme étourdissant, les yeux s’embuent, le champagne coule, les photographes mitraillent et les journalistes reportent frénétiquement l’évènement, à grands renforts de superlatifs…

Une semaine plus tard, à froid, nous avons essayé d’analyser ce qui s’est passé, grâce à quelques éléments nouveaux.

Tout le monde a pu voir que la Yamaha #46 semblait vraiment très performante, ne rendant rien à la Honda de Marc Marquez ni à la Yamaha de Jorge Lorenzo, bien au contraire, comme si son moteur était plus puissant.
Après vérification, Valentino Rossi a bien utilisé un moteur neuf à Misano; son 5ème et dernier moteur autorisé.  C’est le seul pilote Yamaha à avoir utilisé son 5ème moteur. Troublant, mais en catégorie Factory, aucune évolution n’est possible durant l’année et tous les moteurs sont identiques et scellés. A moins d’un « truc » trouvé sur l’admission, l’échappement ou l’électronique par son équipe, ce qui est très peu probable, il faut chercher ailleurs…

L’essence. A Misano, les Yamaha ont reçu un nouveau lot d’essence. Pas une nouvelle essence, non, exactement la même formulation, mais simplement une essence très récemment fabriquée. Selon les professionnels, une telle essence présente quelques infimes différences par rapport à une essence qui date de plusieurs semaines, visibles uniquement à la chromatographie gazeuse, mais elle n’apporte quasiment aucune puissance supplémentaire. Et de toute façon, Lorenzo avait la même. Il faut donc chercher ailleurs…

Ce « ailleurs », nous l’avons d’abord trouvé en bord de piste, en parlant à une figure du paddock : « tu sais, je vois Rossi rouler depuis ses débuts. Samedi, en le regardant sortir des virages, j’étais stupéfait; il s’arrachait comme jamais je ne l’ai vu, en forçant à chaque fois davantage, tour après tour. Je ne savais pas s’il allait gagner, mais je savais qu’il voulait gagner et qu’il ferait tout pour. Il a encore changé son style, surtout en sortie de virage. Il reste horizontal pour pouvoir redresser sa moto très vite et accélérer très tôt. »

Effectivement, les caméras de la Dorna nous ont montré à plusieurs reprises un Valentino Rossi dans une position quelque peu inhabituelle, le corps complètement à l’extérieur de sa moto presque relevée; pour être honnête, ce n’est pas très beau, mais au vu de ses accélérations en sortie de courbe, cela a l’air plutôt efficace…

Mais, finalement, est-il indispensable de vouloir chercher à comprendre, et ne vaut-il pas mieux simplement apprécié et laisser le mot de la fin à celle qui le connaît mieux que tout le monde, sa maman?

Stefania Palma interviewé par Giovanni Zamagni au lendemain de la course:  » Comme d’habitude, j’ai vu la course dans le camping-car de ValeJe voudrais la voir sur la piste, mais je ne peux pas
Il a renoué avec la victoire avec un projet commencé en 2013: Valentino y a toujours cru. Après le succès à Assen en 2013, il était convaincu de faire mieux, mais au lieu de cela, la fin de la saison l’a déçu. Dès lors, il a travaillé comme jamais auparavant, afin de réduire l’écart avec Honda et maintenant, nous travaillons toujours ensemble dans un grand groupe. Je peux dire que c’est un grand! Valentino croit en sa valeur, il croit toujours qu’il peut le faire. C’est une qualité qu’il a toujours eue. Il a un incroyable enthousiasme, une volonté de travailler dans tous les domaines: cette année, son entraînement a changé, il ne laisse rien au hasard.

C’est le meilleur Valentino jamais vu. Il a beaucoup de maturité, il est toujours motivé, il croit, il veut toujours se remettre en question, pour rivaliser avec ces gars-là qui sont si forts.  En 2013, j’étais un peu inquiète, mais maintenant i la modifié sa méthode de préparation et je le vois en forme. Même les repas sont devenus beaucoup plus réguliers. Après la défaite de 2006, Valentino a renoué avec la victoire grâce à l’enthousiasme de la jeunesse qui, à certains égards, vous rend invincible . A cette époque, Vale était insouciant, aujourd’hui, c’est la maturité qui l’a conduit d’abord à de nombreux podiums et à une victoire aujourd’hui. Vous devez croire, toujours aller de l’avant et essayer.

Et puis, il  ya une chose qui m’impressionne. Hier, nous avons vu à nouveau un Vale avec la roue arrière soulevée, comme il le faisait avec la Honda 500; cela faisait un moment que je ne le voyais pas faire quelque chose comme ça. »

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Rejoignez-nous sur Twitter

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Dans cet article

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de