Le point sur la future électronique : la Dorna prend la main.



David Emmett (Motomatters) a brillamment  fait le point avec Corrado Cecchinelli, Directeur technique MotoGP à la Dorna, sur le futur logiciel qui sera obligatoire pour tout le monde en 2016.

Alors que tout était encore flou et théorique jusque là, cette interview permet maintenant de se faire une idée assez précise de ce que souhaite vraiment la Dorna… et donc de ce que sera ce logiciel, puisque in fine, c’est Corrado Cecchinelli lui-même qui décide de ce qu’il y aura dedans.

Avant tout, pour diminuer les coûts, il s’agira d’un logiciel simple à exploiter. Plus besoin d’une horde d’ingénieurs pour  paramétrer un monstre de complexité; un ou deux ingénieurs d’un team privé suffiront à pleinement exploiter  le programme.

A terme, la philosophie du logiciel sera de supprimer tout ce qui ne serait pas adaptable aux motos de route.
Ainsi, on garde évidemment Traction Control, anti-wheeling, gestion du frein moteur, et même la gestion de la boîte seamless, mais les réglages évolutifs virage par virage et/ou tour par tour sont dans le collimateur, même si, pour le moment, ils sont conservés.
A l’inverse, tout ce qui pourrait être utile aux motos de route pourrait y être incorporé dans le futur, comme les suspensions actives et l’ABS.

Concernant la mise en œuvre, il apparaît qu’à ce jour, aucun constructeur n’a encore participé à l’effort collaboratif mais que cela n’a pas empêché le duo Dorna-Magneti Marelli d’être quasiment prêt à tester une première version. En fait, les constructeurs ont décidé de ne pas participer au processus d’élaboration, afin de ne pas révéler leurs secrets, jusqu’au 30 Juin 2015, date à laquelle ils ont accepté de geler leur logiciel propriétaire. 

Autant dire que s’ils restent sur leurs positions, avec un laps de temps si court avant le début de saison 2016, leurs demandes spécifiques ont assez peu de chances d’être mises en œuvre…

En résumé, il s’agit d’une approche pragmatique qui prend en compte le contexte économique actuel. A priori, Honda en serait le grand perdant sauf si, d’ici 2016, on leur ouvre de nouvelles voies de recherche comme, par exemple, les suspensions actives…  

Article complet de David Emmett

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Rejoignez-nous sur Twitter

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de