Barbera présente ses excuses après avoir été contrôlé positif à un test d'alcoolémie



Hector Barbera, le nouveau pilote Pramac, ne commence pas l’année de la meilleure façon puisqu’il vient en effet de devoir utiliser un communiqué de presse pour éclaircir certaines zones d’ombre qui demeurent après son contrôle d’alcoolémie positif.

Si l’on en croit, le quotidien espagnol, la opinion de Malaga (lire ici), le pilote aurait été arrêté au volant d’une Opel Astra alors qu’il venait de brûler plusieurs feux rouges et avec un taux d’alcoolémie près de trois fois supérieur à la limite autorisée.

Cependant, le pilote espagnol a tenu à remettre les choses au point en expliquant la vérité, qui est bien différente de celle relatée par le quotidien, et en présentant malgré tout ses excuses à ses sponsors, son employeur et aux diverses associations de victimes de la route.

Voici le communiqué dans son intégralité :

« Face à la nouvelle parue dans divers medias concernant l’arrestation de Héctor Barberá la nuit du vendredi 6 janvier, le piloto souhaiterait donner les explications suivantes:

« La nuit de vendredi j’ai participé à un dernier dîner familial de Noël, auquel sont venus plusieurs amis avec lesquels nous sommes sortis en voiture à Valencia. Je me déplaçais en tant que copilote à bord d’une Opel Astra avec un ami, qui a été arrêté lors d’un contrôle d’alcoolémie et qui a dépassé la limite permise par la loi. C’est lui, et pas moi, qui a eu un taux (d’alcoolémie) de 0,60.

Dans cette situation, et étant donné que je n’avais bu qu’un verre d’alcool, j’ai proposé à la Police de conduire le véhicule. Mais dès que j’ai démarré j’ai été interpellé pour être contrôlé également, et mon taux a été de 0,32 et 0,28 vingt minutes plus tard.

J’estime que j’ai été irresponsable de faire cette action, même en sachant que je n’étais pas en état d’ivresse, et c’est pourquoi je souhaiterais demander pardon à mon équipe, à mes sponsors et à mes supporters de MotoGP.

De ce fait, je souhaite garantir que cela ne se produira plus, en me mettant à la disposition de toute association de victimes de la route suite aux effets de l’alcool, et ce pour faire une session à leurs côtés pour donner l’exemple que je devrais avoir donné auparavant.

Je suis désolé« .

Sans excuser le comportement de Barbera ou de son ami, voici de nouveau un comportement journalistique irresponsable qui pourrait coûter très cher à la personne qui en est la victime.

Stay tuned!

Photo : Stéphane Meyers

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Dans cet article

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de