Aragon, conf. de presse : Jack Miller



Comme lors de chaque épreuve, le week-end de Grand-Prix débute par la conférence de presse. Marc Marquez, Dani Pedrosa, Valentino Rossi, Jorge Lorenzo, Andrea Iannone ainsi que Jack Miller ont été conviés à répondre aux questions des journalistes. Alors que nous vous annoncions son arrivée en catégorie reine dès le mois de juillet, et au terme d’une série de démentis, Jack Miller a donc officialisé son arrivée en MotoGP après le GP de Saint-Marin. Le jeune Asutralien a été harcelé de questions, nous vous proposons de découvrir ses propos.

Finalement, tout le monde a une opinion vous concernant, mais celle qui reste la plus importante, c’est la vôtre. Comment vous sentez-vous avant de passer directement en MotoGP ?

Jack Miller : « Evidemment je suis ravi qu’on m’ait proposé cette chance. Il y a logiquement beaucoup de questions qui se posent. Comme le disait Marc (Marquez, NDLR), lui-même a dû passer par la Moto2 et il était plus âgé que moi lorsqu’il arrivé en MotoGP. Physiquement, je pense que je suis apte à piloter en MotoGP. J’ai commencé à rouler sur une machine de route en 2009 donc cela ne fait pas très longtemps. Et penser maintenant que je vais piloter une machine de MotoGP l’année prochaine, c’est une grosse étape mais j’ai un contrat sur une longue durée et je pense qu’avec du temps, avec la bonne méthode, tout est possible. Cela reste une moto, il y a 2 roues et  un moteur, je ferai de mon mieux avec ça ».

On imagine à quel point vous voudriez arriver en MotoGP avec le titre de Moto3… Cela devient un championnat infernal n’est-ce pas ?

Jack Miller : « Oui, c’est de plus en plus serré mais on doit maintenant se concentrer sur le titre car il ne reste que 5 courses. Cela dit, on ne peut plus gérer car Alex Rins est très rapide, et Alex Marquez aussi. Ils sont vraiment très forts tous les 2 et la Honda marche vraiment bien. On a déjà fait une séance d’essais ici, j’étais en piste en même temps que Jorge et Valentino. Moi, sur ma Moto3… Jorge m’avait dépassé dans la ligne droite du fond, je crois qu’au moment où je passais le 6ème rapport, Jorge était déjà ressorti du dernier virage ! Ca faisait vraiment une différence énorme. Je pense que cela va bien se passer car nous avions fait de bons essais ici et j’espère qu’on pourra obtenir un bon résultat ».

La plupart des pilotes veulent gagner un titre avant de changer de catégorie. Seriez-vous très déçu d’aller en MotoGP sans avoir eu le titre en Moto3 ?

Jack Miller : « Personne n’est jamais heureux de perdre. Mon objectif absolu est de décrocher le titre en Moto3 et si je ne l’ai pas, je serais évidemment très déçu mais cela ne sert à rien de pleurnicher ».

Votre premier test avec une MotoGP, ce sera donc à Valencia après le dernier GP ?

Jack Miller : « je ne suis pas encore certain à 100% de participer au test de Valencia ».

A quand remonte votre premier contact avec le HRC ?

Jack Miller : « Pour être honnête, je ne m’en souviens pas. Cela fait un long moment. Je dirais que c’est à partir du Mans que nous avons commencé à y penser sérieusement, ou alors juste après ».

Plusieurs pilotes se sont étonnés que vous passiez directement en MotoGP sans passer par la Moto2. Pensez-vous qu’ils ont perdu 2 années de leur carrière ?

Jack Miller : « Absolument pas, c’est une question absurde. Chacun a son propre parcours. Tous les pilotes présents ont eu beaucoup de succès dans la classe intermédiaire et cela me manquerait peut-être. Mon but est d’aller rouler avec les meilleurs pilotes du monde et si on vous offre la chance d’y aller, il faut la saisir. On m’a fait la proposition, et j’ai répondu ‘pourquoi pas ?’ ».

Pensez-vous qu’il vous manquera quelque chose en faisant l’impasse sur la Moto2 ?

Jack Miller : « Je n’aurai pas l’expérience de courir avec un 600cc, de rouler avec une machine qui fait à peu près le poids d’une MotoGP mais avec moins de puissance et sans électronique. Mais j’espère que ce que je vais perdre d’un côté, je le gagnerai de l’autre en apprenant la MotoGP durant 2 années ».

Vous allez devoir changer de préparation physique et mentale pour la saison prochaine ? Et d’après vous, quels seront vos forces et vos faiblesses sur une MotoGP?

Jack Miller : « Je n’en ai encore jamais piloté donc je ne sais pas où seront mes forces et mes faiblesses. Je vais devoir m’entrainer énormément parce que je vais passer d’une moto de 80 kg à une machine de 150 kg ou même un peu plus (les MotoGP sont limitées à 160 kg, NDLR), c’est une étape très importante. L’entrainement physique va être très important et je vais probablement piloter la MotoGP juste après la Moto3 mais je ne vais pas pouvoir me préparer en une nuit, on verra comment cela va se passer ».

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Rejoignez-nous sur Twitter

 

 

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Dans cet article

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de