Aragon, MotoGP, la course : Jorge Lorenzo s'est rappelé au bon souvenir de tous



Quel Grand Prix ! Alors que l’on s’attendait à une mer calme portant Marc Marquez vers une douzième consécration, c’est un flot d’événements incessant qui nous a inondés, le tout saupoudré d’une averse en fin de parcours. Il n’en fallait pas plus pour faire des vagues. Et c’est Jorge Lorenzo qui a sorti le premier la tête de l’eau. Pour se rappeler au bon souvenir de tous.

Une victoire au goût particulier pour un « Por Fuera » qui avait avoué que la pluie des Pays Bas l’avait tétanisé en le remettant en mémoire ses blessures passées. Cette fois, il a vraiment vaincu le signe indien, en gérant les éléments alors que les pilotes Honda ont préféré défier le ciel. Une confrontation qu’ils ont perdu.

Tout avait portant bien commencé pour un HRC au tableau de marche bien huilé avec des gommes dures à l’arrière. Ceci dit, chez Yamaha, on avait monté des « soft », un choix qui s’est avéré plus que judicieux, permettant à Jorge Lorenzo de s’immiscer entre Marc Marquez et Dani Pedrosa. Un jeu qui aurait pu se jouer à quatre avant que Valentino Rossi ne chute en empiétant sur un bas côté de la piste humide. Une chute violente qu’avait juste auparavant subie un Iannone lui aussi légèrement hors du chemin balisé. Les deux hommes en sont quitte pour une bonne frayeur.

A 15 tours du but, le champion du monde décide de laisser mener trois tours le double titré pour Yamaha. Tout ça sous le regard avisé d’un Dani Pedrosa, jamais largué. A ce stade, MM93 semblait facile, jaugeant ses adversaires, les laissant passer pour reprendre l’avantage. Dans le peloton, Pol Espargaro s’en donnait à cœur joie avec Andrea Dovizioso. Puis la pluie est arrivée. De plus en plus insistante. Aleix Espargaro a été le premier à donner le signal du changement de moto. La majorité a suivi et Jorge Lorenzo sur le tard. Mais les officiels Honda ont insisté. Dani Pedrosa a été le premier à donner l’alerte en chutant. Comme Dovizioso.

A quatre tours du but, que faire ? Marc Marquez, en tête, décide de finir en l’état. Un péché d’orgueil qu’il paiera cher en tombant. Après Misano, voilà maintenant Aragon comme défaite pour cause de faute directe. Certes, les deux Espagnols pourront rentrer au stand et rouler jusqu’au drapeau à damiers pour scorer une poignée d’unités. Mais au vu de la domination affichée depuis vendredi, la désillusion est de mise.

Les deux dernières places du podium ont été l’enjeu d’un duel à couteaux tirés entre Aleix Espargaro et un Cal Crutchlow des grands jours. Le pilote Forward arrachera le morceau laissant au Britannique tout de même la joie de pouvoir dire, plus tard, qu’en étant officiel Ducati, il est monté sur un podium. Bradl est quatrième, Smith heureux de chiper la cinquième place à son équipier en vue de l’arrivée et Aoyama extatique de prendre la huitième position derrière Bautista.

Mais ce soir, le plus heureux s’appelle Jorge Lorenzo. Il n’est plus le dernier des quatre ténors à ne pas avoir gagné cette année, et il fait un bon si appréciable au classement général qu’il devient un candidat pour le statut de vice-champion du monde. Quant à Yamaha, les voilà à présent à deux concrétisations !

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Rejoignez-nous sur Twitter


Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Dans cet article

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de