Dovizioso nous le dit, à Aragon, le héros, ça aurait dû être lui



Ce Grand Prix d’Aragon à rebondissements aura certes fait des heureux mais aussi des déçus. Un, particulièrement, qui n’est pas à chercher au sein d’un HRC qui a vécu le naufrage collectif. Non. Le plus triste du paddock est à trouver chez Ducati en la personne d’un Andrea Dovizioso qui est convaincu d’être passé à côté de la victoire. Rien de moins. Et lorsqu’il raconte pourquoi, on se dit, qu’effectivement, Jorge Lorenzo a eu chaud…

D’abord, Dovi, comme Iannone, s’est fait plaisir durant les séances libres avec une nouvelle GP14.2 qui a sérieusement amélioré l’ordinaire. Sans cependant changer le menu. Certes, les tares congénitales de la Desmosedici n’ont été qu’édulcorées, mais pas biffées, et, bien sûr, les qualifications ont été ratées à cause d’une chute de l’officiel transalpin. Il a dû se contenter de la neuvième place alors que Crutchlow prenait le top 5 et Iannone la première ligne. Il faut bien payer ses fautes. Mais le ciel du dimanche a eu valeur de bon augure pour effacer l’ardoise.

Avec des températures moins élevées, Andrea Dovizioso a trouvé une moto mieux en forme et il s’est assez vite porté à une bonne quatrième place, après huit tours parcourus. Puis la pluie est arrivée. L’aubaine qu’il attendait. Hélas, tout à sa remontée sur celui qui sera déclaré vainqueur, Lorenzo, et juste avant de passer en pneu pluie, il s’est retrouvé les quatre fers en l’air : « cet épilogue est vraiment triste, mais ça arrive et beaucoup de pilotes sont tombés » regrette l’équipier d’un Crutchlow qui connaîtra le podium. « Je jouais la victoire car c’est Lorenzo qui a gagné et je réduisais l’écart sur lui avant de chuter. Sur la pluie, j’étais compétitif. C’était faisable. »  

Le plus frustrant c’est qu’il venait de décider de rentrer pour changer de moto. Mais il n’est jamais arrivé jusqu’à son box. Alors, pourquoi avoir attendu ? « Si la première partie du circuit était vraiment mouillée, certains autres secteurs étaient quasiment secs. Ensuite, lors du warm-up, nous avons tous remarqué que les pneus pluie se détruisaient très vite. Alors, avant que l’averse ne se déclare vraiment, on a tous temporisé pour être certain de ne pas se retrouver en pneu pluie sur un tracé s’asséchant. C’est pour ça que beaucoup ont attendu le dernier moment. » 

« J’aurais peut être dû m’arrêter un tour avant, mais sur la moto, il parfois difficile d’évaluer toutes les situations. C’était compliqué de cerner l’état de la piste. Je suis tombé assez fort et ma hanche a subi un choc. Mais rien de sérieux. Nous pouvons être contents de ce week-end car nous avons été rapides d’entrée. Cependant, juste avant mon accident, je n’avais pas de bonnes sensations avec l’adhérence de ma moto dès les premiers tours. Il faudra analyser ça et faire progresser la machine. On avait choisi des réglages différents pour la course qui nous donnaient une meilleure sensation avec l’avant. J’ai aussi entendu pas mal de pilotes se plaindre de l’adhérence. Les conditions de piste devaient donc en être une partie la cause. Sur le sec, nous étions à notre maximum. »

La performance finale de Cal Crutchlow permet à Ducati de revendiquer à ce stade de l’année déjà trois podiums. Un résultat qui ne porte pas à conséquence sur les aménagements dont jouit Borgo Panigale dans sa réglementation Factory-Open, puisque le bilan d’Aragon a été tiré sur une piste mouillée.

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Rejoignez-nous sur Twitter

Source: crash.net

 


Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Dans cet article

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de