Jules Danilo partagé entre joie et interrogations, après ses premiers points en Grand-Prix.

Inscrire ses premiers points en mondial est toujours un moment important dans la carrière d’un pilote. Ce fut le cas pour Jules Danilo le week-end dernier à Aragon, mais le jeune pilote français s’est sans doute vu confisquer une partie de son plaisir par le fait que son team ait signé deux autre pilotes pour l’année prochaine. 

Jules Danilo a eu la gentillesse de bien vouloir faire le point de la situation avec nous.

 

 

GPi : Tout d’abord, bravo pour ta performance et tes premiers points !
Jules Danilo : « Merci ! A partir d’Indianapolis, j’ai commencé à comprendre que je pouvais finir dans les points mais ensuite j’ai eu deux Grand-Prix plus difficiles. » 

GPi : Qu’est-ce qui a créé ce déclic ?
Jules Danilo : « Ça, je ne sais pas vraiment l’expliquer. La principale chose qui ait changé est la méthode d’entrainement. Nous sommes allés rouler avec Laurent Fellon et Dubois Moto à Aragon et suite à ça, je me suis senti beaucoup plus à l’aise sur la moto, j’ai même changé un peu mon style de pilotage. Quand je suis sur la moto, j’ai l’impression de rouler comme avant, mais en réalité je suis plus rapide. » 

GPi : Tu penses que tu roules plus décontracté qu’avant ?
Jules Danilo : « Oui, mais à partir de Jerez, j’ai réellement commencé à travailler sur ça avec Benoit Campargue, maintenant ça ne me pose plus de problèmes. Lors des deux premiers Grand-Prix, ça me perturbait un peu, mais ensuite j’ai vraiment progressé sur ce point. »

GPi : Tu dis que tu as un peu changé ton style de pilotage. Tu peux nous donner un exemple concret ?
Jules Danilo : « Je me mets un peu plus sur l’avant de la moto pour avoir plus de feeling en entrée de virage alors qu’en début de saison j’étais vraiment reculé sur la selle à cause de ma grande taille. J’essaye aussi de sortir plus le haut du corps mais ça ce n’est pas encore parfait. »

GPi : Deux points en championnat du monde, ça fait quoi dans la tête d’un pilote ?
Jules Danilo : « J’étais vraiment content car le début de week-end n’était vraiment pas terrible, j’avais beaucoup de problèmes avec le setting de l’embrayage et la roue qui bloquait en entrée de virage. Je commençais à être un peu inquiet mais j’ai rattrapé le coup aux qualifications (ndlr : 25ème à 1.7s de la pole). Ensuite, pendant, la course je suis resté prudent au début pour ne pas tomber et je savais que ça allait se jouer en fin de course. Grâce à un setting mixte, j’avais les ressorts de pluie, et je me sentais à l’aise sur la moto dans les premiers tours mais sur la fin c’était beaucoup trop souple. Heureusement j’avais creusé un écart assez important sur le groupe derrière et ils ne m’ont pas rattrapé. » 

GPi : J’imagine que ton équipe était heureuse…
Jules Danilo : « Oui c’est certain, mais ils avaient déjà signé leurs deux nouveaux pilotes donc c’était une situation un peu bizarre, surtout pour eux. Ils n’y sont pas pour grand-chose, c’est surtout le sponsor qui décide. »

GPi : Justement, qu’est-ce que tu penses de la signature de Darryn Binder, qui n’a pas montré des choses incroyables en Rookies Cup ? 
Jules Danilo : « Je pense que c’est peut-être un peu précipité mais je m’entends bien avec lui et n’ai pas envie de dire la moindre méchanceté. En fait, c’est vraiment le sponsor qui a voulu cela; sachant que le team perd Brad (ndlr :Binder, en partance chez KTM Ajo), il s’est dit « On va prendre le petit frère, ça va être pareil ! ». Je ne suis pas sûr que ce soit vraiment le cas, mais en tout cas, ils essayeront. » 

GPi : Coup dûr pour toi quand même. Quand as-tu appris la signature ?
Jules Danilo : « J’ai appris ça le jeudi soir, donc ce n’était pas top pour commencer le week-end. »

GPi : Tu as quand même des pistes pour l’an prochain ?
Jules Danilo : « Oui, on a des contacts avec des bonnes équipes mais je ne peux pas en dire plus pour le moment. »

GPi : Logiquement, à partir de ce week-end, tu nous ramènes des points tous les week-ends ?
Jules Danilo : « J’aimerais bien ! Je veux vraiment progresser sur le sec, pour les qualifs, et viser le top 20/22. Ça me permettrait d’être dans les points plus facilement en course. On arrive sur des pistes qui vont me plaire malgré le fait que je n’ai jamais tourner dessus, mais vu le tracé, ça à l’air sympa. Je pense que je peux faire quelque chose de bien là-bas. Tout ce qui est grandes courbes comme à Aragon, ça me plait alors que les « demi-tours » comme au Texas, j’ai plus de mal. »

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Rejoignez-nous sur Twitter

Dans cet article

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de