Avec la Suzuki, Aleix Espargaro essaiera d'abord de suivre la Ducati en rêvant de 2016

A 25 ans et après s’être dégagé le chemin de sa carrière à coups de serpe, Aleix Espargaro peut se targuer d’être un pilote officiel. Il vient ainsi de signer un bail de deux ans pour le statut d’employé chez Suzuki. Une consécration après avoir végété dans les catégories intermédiaires, épaté en MotoGP grâce à feue la catégorie CRT tout en impressionnant dans l’actuel clan des Open. Un soulagement, aussi, puisque son frère cadet Pol avait été plus dégourdi que lui en intégrant l’usine Yamaha dès l’année dernière. Pour autant, la tâche qui l’attend reste considérable.

D’abord, il faudra s’affirmer comme le patron face au jeune loup aux dents longues de 19 ans Maverick Vinales. Et puis, et sans doute surtout, il faudra prendre en main cette GSX-RR sur laquelle tout reste à faire, malgré une année de tests entre les mains de Randy De Puniet : « Je suis certain que ce sera difficile parce que les tests de cette année ne se sont pas aussi bien passés que Suzuki l’espérait » avoue Aleix sur motogp.com. « J’ai discuté avec Davide et je sais que plusieurs tests ont été annulés à cause de la pluie. Ils n’ont pas pu rouler non plus en Aragón à cause de la pluie. Je sais que ce sera beaucoup de travail et que ce ne sera pas facile mais c’est un team officiel et ça signifie qu’ils voudront gagner. Ils feront tout leur possible, Maverick et moi aussi, pour permettre à Suzuki de retrouver les sommets. »

Alors, quels objectifs pour 2015 ? Déjà ne pas se faire tordre par Aprilia qui arrivera en même temps qu’Hamamatsu. Si tout se passe assez bien, l’idée sera de se retrouver en compagnie des Ducati. Une ambition qui reste élevée au vue des dernières performances de la Desmosedici GP14.2. Mais il faut bien se trouver un lièvre. Pour autant, la véritable échéance sera une année 2016 où tout sera chamboulé : « c’est l’une des raisons pour lesquelles j’ai choisi d’aller chez Suzuki. » explique l’Espagnol. « Je sais qu’il va y avoir du changement en 2016 et que les teams les plus forts sont ceux qui s’adapteront le plus vite. Un team officiel a le potentiel de s’adapter rapidement et je pense que ce sera une année très intéressante. L’électronique sera la même pour tous, les pneus changeront. C’est une année pour laquelle j’ai de grands espoirs. » Des espérances partagées par beaucoup.

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Rejoignez-nous sur Twitter

Source: motogp.com


Dans cet article

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de