Aleix Espargaro et Danilo Petrucci n'étaient pas les premiers choix de leurs nouveaux employeurs

Ainsi va le MotoGP. Les paroles s’envolent et les écrits ne restent pas plus. A croire que tout n’est qu’une question d’espèces sonnantes et trébuchantes lorsqu’il s’agit de prouver ou de survivre. Pendant ce temps, les managers tentent de séparer le bon grain de l’ivraie, le tout donnant une information difficile à décrypter. Regardez les cas de Gresini avec KTM changé en Honda ou d’un Baz promis d’abord à une Honda et soupiré pour une Yamaha Forward qui reste toujours l’objet des convoitises. Il y a aussi les occasions manquées, que l’on découvre après coup. Ainsi Dovi avec Suzuki et Laverty avec Pramac Ducati. De quoi faire passer Aleix Espargaro et Danilo Petrucci comme des choix par défaut.

Ces deux là ont pourtant du talent à revendre et méritent leur poste. Mais le fait est là, ils n’étaient pas les premiers sur la liste des candidats à l’embauche. Prenez le cas de Dovizioso : « j’ai vraiment été proche de signer avec Suzuki car j’ai aimé leur approche et le fait qu’ils aient vraiment insisté pour que j’aille avec eux » avoue celui qui finalement signé pour deux ans de plus avec Borgo Panigale. « Ils m’ont offert beaucoup car ils croient vraiment en moi. Ils savent que j’ai beaucoup d’expérience dans le domaine du développement et que j’ai piloté des machines différentes. C’était sympa de parler avec eux, mais j’ai décidé de rester chez Ducati. » A partir de là, Aleix Espargaro est monté en première ligne.

Il y a ensuite le team Pramac Ducati. Dans ce cas, on est allé puisé une troisième option. Jugez-en. Après que le départ de Iannone soit devenu une évidence, le patron Guidotti est d’abord allé chercher un Scott Redding qui a décliné. Puis il est allé voir Eugène Laverty. Mais trop tard : « Eugène a eu une bonne offre d’Aspar et au moment où nous nous en sommes préoccupés, il était trop tard. Il avait déjà passé un accord avec eux. Je suis content pour lui, mais c’est dommage car nous lui aurions fait une offre s’il n’avait pas déjà donné des assurance à une autre équipe. » De fait, Danilo Petrucci est arrivé. L’essentiel, après tout, est d’avoir trouvé une place. Une chance que bien d’autres attendent encore.

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Rejoignez-nous sur Twitter

Source: MCN


 

Dans cet article

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de